André Bucher publie un sixième roman mélancolique et douloureux : « Fée d’hiver »

André Bucher nous envoûte à nouveau avec un roman dont l’action se déroule des 2 cotés du col de Perty, entre Laborel, Eygalayes et Monguers.

Alors qu’à 65 ans, il a pris sa retraite de paysan des montagnes du sud de la Drôme, militant bio de la première heure et pionnier d’un art de vivre alternatif, André Bucher (le fondateur de la célèbre foire Bio de Monfroc) poursuit sa carrière d’écrivain en nous livrant un sixième roman « Fée d’hiver ».

Ce dernier opus, sorti de derrière ses fagots de bois de la vallée du Jabron, est un de ces romans noirs, mélancoliques et douloureux que l’auteur nous a habitués à aimer. Un roman fort, écrit d’une plume incandescente qui raconte la vie de personnages en proie à l’aventure intérieure et qui affrontent leurs démons en un huis clos fascinant.

Une fois de plus André Bucher nous envoûte à nouveau d’une dramaturgie aux accents panthéistes au cœur de la nature grandiose de ces Préalpes de Haute Provence qu’il connaît si bien. Avec sa langue rocailleuse et sonore, l’auteur parvient à faire resurgir, dans ce lieu magique et imprégné de présences païennes, un passé essentiel pour des personnages en quête d’identité.

André Bucher, écrivain-paysan

Un western Rhône-Alpin

Alice, la quarantaine passée, secrétaire désenchantée de la scierie, entend quitter un mari médiocre et échapper à la tyrannie de ses frères pourris par l’argent. Vladimir, le bûcheron serbo-croate clandestin, fuit son passé et la guerre des Balkans. Daniel et Richard, deux vieux frères un peu rock’n’roll, ont des compte à régler avec leur enfance. Une fille de joie triste et un vieux berger solitaire complètent leur univers. Tous sont des cabossés de la vie. Mais à force de rêves, ces écorchés vifs parviendront à dénouer le fil de leur existence. A la fin du récit, ils auront découvert que leurs véritables racines plongent dans l’amour profond qu’ils vouent à la nature sauvage, rude et belle, comme une promesse tranquille.

« Fée d’hiver » est un roman qui se lit d’une traite, comme un polar, comme on écoute un morceau de blues. Un hymne aux grands espaces, un western Rhône-Alpin dont l’écriture rythmée par les chansons de Bob Dylan évoque les grands écrivains amérindiens contemporains Rick Bass ou Jim Harisson dont l’auteur est un grand lecteur. … A déguster sans modération !

André Bucher, le fondateur voila 27 ans et toujours infatigable animateur de la célèbre foire Bio de Monfroc

Pour en savoir plus : Le 6 ème roman d’André Bucher « Fée d’hiver », publié aux éditions « Le mot et le reste », est sorti en librairie depuis le 19 janvier 2012. Son auteur le dédicacera à la librairie Pinet de Nyons le dimanche 5 février à l’occasion de la Fête de l’Olive – Ouvrages précédents du même auteur: « Le pays qui vient de loin » – « Le cabaret des oiseaux » – « Pays à vendre », « Déneiger le ciel » aux éditions Sabine Wespeiser. « La cascade aux miroirs » chez Denoël.

Alain Bosmans

Une réflexion sur « André Bucher publie un sixième roman mélancolique et douloureux : « Fée d’hiver » »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s