HERVE MARITON : J’y vais ou j’y vais pas ?

Hervé Mariton sera-t-il candidat à sa propre succession aux prochaines législatives ?

Une interview exclusive accordée au « Tam-tam des Baronnies » par le député le plus médiatique du PAF.

Question : La commission d’investiture de l’UMP pour les élections législatives, réunie le 28 janvier dernier n’a pas entériné la votre dans la 3ème circonscription de la Drôme. Elle ne vous est pour l’heure que « réservée » dans l’attente de votre décision. Quelle est la nature de cette indécision ?

Hervé Mariton : La mission d’un député est à la fois difficile et exigeante. Suffisamment difficile et exigeante pour ne pas l’accomplir de manière automatique. A 53 ans, ce qui est relativement jeune dans la vie politique, j’essaie d’être un bon député. Cela n’est pas à moi d’en juger, mais j’y mets de l’engagement et je le fais du mieux que je peux. Alors, à l’heure de décider si je souhaite assumer de nouveau cette mission pour 5 ans, je me pose la question, de savoir si, sincèrement, j’en ai vraiment envie et si demain je peux le faire encore mieux.
Un jour, c’était avant qu’il ne devienne président, j’avais dit : « Nicolas Sarkozy doit faire des progrès ». Il l’avait assez mal pris et avait répliqué « Et si demain j’allais dire dans la Drôme que Mariton doit faire des progrès ? » Mais moi je réponds « Chiche » ! Je pense
que nous devons tous faire des progrès et le défi que le Président de la République me lançait ne me gène pas. Je considère que l’éthique de progrès est indispensable et que cette question doit être posée à l’heure où l’on envisage le renouvellement de son mandat.
Cela peut paraitre naïf, un peu bête, mais pour moi, c’est nécessaire et sain. Alors si  demain je suis candidat, les gens ne seront pas surpris. Mais en même temps je demande
aux électeurs de considérer que le renouvellement d’une candidature ne doit pas être automatique et j’ai besoin encore d’un mois de réflexion pour prendre une décision.

Question : Cette réflexion ne comporte-t-elle pas des considérations politiques ?

Hervé Mariton : Non, je n’ai pas de problème avec le programme de l’UMP. Globalement, le projet tel qu’il se présente aujourd’hui me convient, même si, en homme politique libre et indépendant, je reste très attentif à ce qui est proposé. Mais très franchement, il s’agit essentiellement d’une interrogation personnelle sur la manière dont je peux continuer à remplir demain ma mission.

Question : Ces exigences personnelles pourrait-elles vous amener à ne pas vous présenter ?

Hervé Mariton  (après un bref silence) : La réponse est oui. Si je me pose la question c’est évidemment que je m’autorise les deux possibilités de réponse. 

Propos recueillis le lundi 30 janvier 2012 au Buis par Alain  Bosmans

Hervé Mariton en visite à la MFR de Buis lundi 30 janvier 2012

 COMMENTAIRES DU TAM-TAM

Sans mettre en doute la sincérité de M. Mariton lorsqu’il dit que seules des considérations personnelles l’empêchent aujourd’hui de présenter sa candidature au renouvellement de son mandat de député de la Drôme, on peut tout de même s’interroger sur cette étrange hésitation. Le 28 janvier à Paris l’UMP a investi 501 candidats sur 577 circonscriptions. Les 76 autres, (dont celle de M. Mariton) sont, pour l’heure, « réservées ». Mais réservées à qui ? L’UMP soutiendra, nous dit le document remis à la presse, « tous ceux qui ont appelé à soutenir Nicolas Sarkozy dès le premier tour ou sont susceptibles de le faire ».
Ainsi, l’UMP n’a pas investi de candidats face aux députés sortants du Nouveau Centre, tandis que les amis radicaux de Jean-Louis Borloo, ceux de Dominique de Villepin ou les radicaux valoisiens sont, dans cette première procédure d’investitures, ménagés par l’UMP. Bien qu’étant dûment encarté à l’UMP, Hervé Mariton se trouve ainsi, de fait, parmi ces candidats que l’on peut qualifier de « non alignés » au sarkosysme pur. Comment ne pas penser qu’il y a là une posture politique qui convient, sommes toutes assez bien, à celui qui se revendique « libre, indépendant et très attentif à ce qui est proposé » et qui l’a souvent montré à l’égard du Président de la République.

Quoiqu’il en soit, que les électeurs que nous sommes se rassurent (ou le regrettent), je pense qu’il n’y a vraiment que très peu de chance pour que M. Mariton ne fasse pas acte de candidature à la fin du mois de février. Pour ma part, je ne parierais pas un kopeck la dessus.

Alain Bosmans

2 réflexions sur « HERVE MARITON : J’y vais ou j’y vais pas ? »

  1. Bonjour monsieur Bosmans,
    Hervé Mariton a fondé le 20/08/2011 une association de financement pour sa campagne électorale des législatives 2012 ( AFHM 2012 =>journal officiel)
    Son investiture ne dépend plus de lui.En décalage avec son parti,souvent invité à la radio comme a la tv ,monsieur aime et soigne son image.Il agace,l’heure des réglements de compte va peut etre sonner.
    Cordialement

    J'aime

  2. Scoop, finalement Hervé M. se présente ! C’est bien le contraire qui eut été surprenant…
    Courtial rappelle qu’Hervé et ses amis de l’UMP sont co-responsables d’une politique à l’origine de la mouise actuelle : créatrice de chômage, qui a repris la retraite à 60 ans, a détruit les services publics, fermé des écoles, construit des prisons, attaqué la justice, massacré les hôpitaux et bradé les autoroutes (Villepin, le grand ami d’Hervé à l’époque !)…
    Allez hop une bonne veste en juin 2012 et bon débarras. Retour définitif à Crest à la case départ !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s