Projet « Extra-pôle » à Nyons : Chimie verte au service de produits naturels

 

Vincent Perrut dirige à Nyons une plateforme à la pointe de l’innovation technologique en matière d’extraction végétale.

Après plusieurs années de gestation sous le nom de « projet Extra-pôle », l’Atelier de Fluides Supercritiques de Nyons est désormais opérationnelle. Il s’adresse à tous les professionnels (entreprises, négociants, transformateurs) souhaitant accéder au moindre coût à une technologie très sophistiquée et 100% écologique, d’extraction ou de fractionnement végétal.

Porté par les chambres de commerce et d’industrie ainsi que d’agriculture de la Drôme dans le cadre de la plateforme Extralians basée à Valence, l’atelier de fluides supercritiques dispose désormais depuis 6 mois à Nyons, d’un outil de recherche, d’analyse, d’essais et de production permettant d’extraire, sans utilisation de solvant chimiques, les molécules, principes actifs ou encore arômes, de toutes sortes de plantes.

Labellisé par le pole de compétitivité Trimatec, la mise en place de cet atelier à Nyons a bénéficié d’un partenariat avec deux entreprises régionales fabricants d’extraits végétaux : la distillerie « Bleu Provence » à Nyons et Synthévert à Roquemaure (Gard).  Il s’adresse aux petites et moyennes entreprises du secteur agroalimentaire, de la parfumerie, la cosmétique, de la phytothérapie, de la nutracétique (compléments nutritifs), mettant à leur disposition une technologie à la pointe de l’innovation, réservée jusqu’à présent aux structures industrielles de grande taille.

La technologie des fluides supercritiques consiste à porter le dioxyde de carbone (CO2) au dessus de son point critique, dans un état intermédiaire entre le solide et le gazeux, de le faire passer à l’intérieur de la matière première (plantes, fleurs ou graines), afin d’en extraire la fraction miscible (essence, arôme ou huile). Une technologie de chimie verte, conforme aux cahiers des charges des produits biologiques alimentaires et cosmétiques.

Le laboratoire est équipé des outils d’analyse les plus sophistiqués

Un équipement ultra moderne.

Dans la zone d’activités des Laurons à Nyons, le bâtiment industriel de l’atelier comprend sur 400 m2 un ensemble de bureaux, un laboratoire d’analyse et deux unités d’extraction. Le laboratoire est équipé des outils les plus sophistiqués pour effectuer les analyses chromatographiques en phase liquide et gazeuse ainsi que le matériel nécessaire à la préparation des échantillons. Deux unités d’extraction et de séparation en CO2 supercritique sont aptes à traiter des produits solides (plantes) ou liquides (huile essentielles) ainsi que des opérations de distillation moléculaires. L’atelier de fluides supercritiques y emploie aujourd’hui 3 salariés. Le directeur Vincent Perrut, ingénieur spécialisé depuis 15 ans dans le domaine du CO2 supercritique, a supervisé pendant 18 mois l’installation de l’atelier nyonsais. Une technicienne de laboratoire spécialisée dans l’analyse des plantes et un opérateur hautement qualifié après 20 ans d’expérience dans la chimie agricole complète l’effectif.

« Nos installations, à la pointe de l’innovation », précise Vincent Perrut, « permettent dans un premier temps de définir 1 kg d’un nouveau produit et d’en valider l’intérêt. Nous pouvons ensuite produire jusqu’à 10 tonnes de première production avec une capacité maximale de 100 tonnes par an. On peut dire que nous sommes aujourd’hui la première plateforme de recherche et de développement industriel du CO2 supercritique en France. »

2 extracteurs d'une capacité maximale de 100 tonnes par an

Un procédé qui s’adresse aux filières locales

L’installation de cette plateforme à Nyons ne tient pas du hasard. La Provence représente environ 10 % de la production mondiale de plantes aromatiques et médicinales. La Drôme Provençale prenant quant à elle une part non négligeable de ce pourcentage. Actuellement un millier de producteurs cultivent des PPAM dans la Drôme et les départements voisins. C’est dans cette région que résident un nombre important d’entreprises d’extractions, souvent artisanales et qui sont demandeuses de procédés innovants, sans avoir nécessairement les moyens financiers d’y accéder.

« L’avantage du procédé », ajoute Vincent Perrut, « c’est l’absence de toxicité du fait que le CO2 est collecté dans l’air, travaillé à basse température avec une palette de paramètres permettant l’extraction de produits très variés. Son inconvénient c’est son coût élevé. La mise en place de cet atelier à Nyons, en grande partie financé par des investissements publics, permet précisément de rendre abordable une technologie cher en la mettant à disposition des filières locales souhaitant définir des produits à forte valeur ajoutée. »

Alain Bosmans
Extraits de l’article de « L’Agriculture Drômoise » paru le 16 février 2012

Philippe Soguel et la distillerie « Bleu Provence », sont partenaires-actionnaires de l'atelier de fluides Supercritiques de Nyons

La distillerie « Bleu Provence » partenaire du projet « Extra-pôle »

Philippe Soguel, président du syndicat des distilleries de la Drôme et propriétaire à Nyons de la distillerie « Bleu Provence », lui-même partenaire-actionnaire de l’atelier de fluides supercritiques, souligne l’importance de cette installation à Nyons.

« A titre personnel et avec la distillerie « Bleu Provence », nous nous sommes lancés dans cette aventure afin d’obtenir, grâce à cette technologie, des extraits végétaux bio différents sur le plan organoleptique de ceux que nous obtenons par la distillation traditionnelle à la vapeur. A « Bleu Provence » nous produisons une huile essentielle de lavande qui a des caractéristiques et applications connues. Avec le CO2 supercritique nous essayons d’obtenir des produits bio complémentaires, extraits de différentes plantes locales, lavande, thym, sauge, tilleul, romarin, etc. et destinées au secteur de la cosmétique, de l’aromatique, de la parfumerie. Or il n’existe que très peu d’installations au CO2 supercritique en France ou en Europe. Auparavant, lorsque je souhaitais faire un essais sur une plante en utilisant cette technologie, j’étais obligé de traverser la France pour aller à Nancy ou en Bretagne. Aujourd’hui cette plateforme est ouverte à toutes les entreprises de la filière PPAM du sud de la France. C’est vraiment un outil situé au cœur de la zone de production, ouvert au plus grand nombre. Enfin la France est un pays leader dans la transformation de produits finis végétaux et se maintenir à la pointe de la technologie dans ce domaine est très important pour l’avenir de la production. »

Propos recueillis par Alain Bosmans

Contact :
Atelier Fluides Supercritiques – 110 rue des Laurons – Z.A. des Laurons – 26110 Nyons – Téléphone : 04.75.28.10.03 – Fax : 04.75.28.14.06 –  Email : contact@atelier-fsc.com
Distillerie
Bleu Provence: 58, promenade de la Digue, 26110 NYONS – Tél: 04 75 26 10 42 – Fax : 04 75 26 15 90 – Email: info@distillerie-bleu-provence.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s