Le chef d’orchestre Jean-François Paillard est mort

Jean-François Paillard

Le chef d’orchestre français de notoriété internationale Jean-François Paillard est décédé lundi soir 15 avril dans une clinique de Carpentras à la suite d’une petite intervention qui s’est infectée et a fait lâcher son cœur fatigué. Né à Vitry le François en 1928, ayant reçu sa formation musicale au Conservatoire de Paris et au Mozarteum de Salzbourg, Jean François Paillard fonde en 1953, l’Ensemble instrumental Jean-Marie Leclair (inspiré du nom de ce compositeur), qui devint, en 1959, l’Orchestre de chambre Jean-François Paillard. Son premier disque « Musique française au XVIIIème siècle » édité en juin 1953 a été révolutionnaire dans le domaine de l’interprétation de la musique baroque. Ont suivi quantités d’autres enregistrements qui ont rapidement imposé aux interprètes du monde entier de reconsidérer de fond en comble l’interprétation des pages européennes des XVIIe et XVIIIe siècles.

Jean-François Paillard en janvier 2008 à St Auban sur Ouvèze lors de la remise à son épouse Christine des insignes de Chevalier des Arts et des Lettres des mains du président du Conseil Général de la Drôme Didier Guillaume.

Outre son activité discographique colossale, il a effectué pendant 50 ans des tournées sur les cinq continents, et en particulier en Europe, aux États-Unis et au Japon. Tous les grands festivals de la planète se sont disputés sa participation : c’est ainsi qu’il a dirigé 5600 concerts dont 1480 fois « Les Quatre Saisons de Vivaldi ». Il a d’autre part longuement collaboré avec les plus grands instrumentistes français de son époque, que ce soit en concert ou sur disque.

Jean-François Paillard a aussi été invité à diriger d’autres orchestres (English Chamber Orchestra, Los Angeles Chamber Orchestra, Ottawa Chamber Orchestra, le Symphonique de Tokyo…) avec lesquels il a produit plusieurs enregistrements. En avril 2008, le Japon lui a réservé les plus grands honneurs à l’occasion de ses 80 ans.

Depuis 1988, il vivait à St Auban sur l’Ouvèze auprès de son épouse la chef d’orchestre et de choeur Christine Paillard. Incinéré au crématorium d’Orange le jeudi 18 avril, un hommage amical lui fut rendu le lendemain vendredi 19 avril en fin de matinée dans la cour de l’ancienne école de St Auban sur l’Ouvèze.

Amis et admirateurs vinrent nombreux pour le dernier hommage.

L’adieu au maître

Ils étaient nombreux vendredi matin dans la cour de l’ancienne école de St Auban sur l’Ouvèze pour rendre un dernier hommage amical à Jean-François Paillard, chef d’orchestre prestigieux, qui s’est éteint le 15 avril dernier à l’âge de 85 ans. Des mélomanes, des musiciens, des choristes, des amis venus parfois de fort loin entourer la famille réunie autour de l’urne funéraire.

Devant la famille, Claude Jacquemont s’exprima avec beaucoup d’émotion au nom des choristes de Cantouvèze.

Prenant successivement la parole son fils Jérôme et son épouse Christine eurent du mal à cacher leur profonde émotion. S’exprimant au nom des Saintaubanais, le maire de la commune Véronique Chauvet disait sa fierté d’avoir compté parmi ses administrés, une si grande personnalité, sa douleur d’avoir perdu un si grand ami. Le docteur Claude Derail, son médecin, son ami et l’un des plus anciens choristes de Cant’Ouvèze, trouva les mots pour dire l’admiration et le respect qu’il portait à celui dont le souvenir n’est pas prêt de s’effacer de sa mémoire.

Pour dire adieu au maître, les choristes de Cant’Ouvèze et de l’Ensemble Vocal Christine Paillard interprétèrent un magnifique chant orthodoxe.

Claude Jacquemont et André Botsarron s’exprimèrent avec beaucoup d’émotion et de sincérité au nom des choristes de Cant’Ouvèze et de l’Ensemble Vocal Christine Paillard. D’autres enfin saluèrent la simplicité, la générosité, l’humanité et l’immense talent de l’homme, de l’ami, du musicien, de la star mondiale de la musique baroque.

Puis, réunis une fois encore, la cinquantaine de choristes de Cant’Ouvèze et de l’E.V.C.T. rendait à Jean François Paillard un dernier hommage en interprétant le « Tiebie Poiem », magnifique chant orthodoxe de circonstance, avant d’accompagner en cortège ses cendres au jardin du souvenir du cimetière de St Auban. Il repose maintenant dans le cimetière de Saint Auban sur l’Ouvèze, avec une vue imprenable sur la magnifique vallée où il a vécu ces 20 dernières années. Un hommage musical devrait lui être rendu en juin à Paris.

Alain BOSMANS

2 réflexions sur « Le chef d’orchestre Jean-François Paillard est mort »

  1. joli article pour JF Paillard; il y a une (jolie) coquille, avec Christine chef de « cœur »! merci pour ce petit reportage, je n’ai pas pu venir à cet hommage, hélas…

    J'aime

  2. C’est avec émotion que j’ai appris le décès de Jean-François Paillard, pionnier de la redécouverte de la musique « Baroque » à la fin des années 50. Le seule souvenir que l’on conservera, ce sont ces nombreux enregistrements réalisés sous le Label Erato dont il fut l’un des piliers avec Maurice André et Marie-Claire Alain, qui nous ont également quittés.
    Espérons que Warner Classic réédite la totalité de ses enregistrements si rare aujourd’hui.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s