Les « Incroyables Comestibles » s’installent au Buis.

Devant le panneau de sa commune, le maire Sébastien Bernard entouré de plusieurs membres du collectif ne cache pas sa satisfaction de voir Buis rejoindre le mouvement des « Incroyables Comestibles »
Devant le panneau de sa commune, le maire Sébastien Bernard entouré de plusieurs membres du collectif ne cache pas sa satisfaction de voir Buis rejoindre le mouvement des Incroyables Comestibles.

Décidément les initiatives citoyennes visant à promouvoir le concept de gratuité gagnent du terrain et se multiplient rapidement dans nos Baronnies provençales. Après l’organisation en moins d’un an de « Marchés gratuits » (ou Gratiférias) dans plusieurs communes de la région (12 à ce jour dont 3 au Buis), voici maintenant le mouvement des « Incroyables Comestibles » qui, parti de Montbrun, s’installe à Buis les Baronnies avec un collectif d’une singulière vitalité.

« On plante, on arrose et on partage », expliquent Myriam Varillon et Camille Lecureux du collectif buxois.
« On plante, on arrose et on partage », expliquent Myriam Varillon et Camille Lecureux du collectif buxois.

L’idée est de planter en ville des fruits et légumes dans des bacs de l’espace public, et de laisser le soin à chacun de jardiner librement et de récolter gratuitement les fruits de ces petits potagers collectifs. La démarche vise à créer un nouvel art de vivre en dynamisant les échanges locaux par le partage d’une production « Bio », cultivés par les habitants et offerts à tous. « On plante, on arrose et on partage », expliquent Myriam Varillon et Camille Lecureux du collectif buxois, qui espèrent que cette démarche conviviale et solidaire fera de plus en plus d’émules au fil du temps.

Le collectif buxois des « Incroyables Comestibles » compte aujourd’hui une douzaine de bénévoles très actifs.
Le collectif buxois des « Incroyables Comestibles » compte aujourd’hui une douzaine de bénévoles très actifs.

La commune a tout de suite donné son feu vert et depuis le printemps dernier une quinzaine de bacs publics ont été mis à la disposition de ces incroyables planteurs. Tomates, poireaux, courgettes, poivrons, fraises, salades, blettes, menthe, romarin, amarante, … Tous ces fruits et légumes ont poussé durant l’été dans les rues du village, suscitant la curiosité et l’intérêt de nombreux buxois et visiteurs. « La récolte est bien sûr aujourd’hui très modeste et n’a guère de signification économique », admettent les initiateurs, « mais le mouvement fait beaucoup parler de lui et est riche en lien social… ».

Une belle petite récolte de tomates dans les rues du village.
Une belle petite récolte de tomates dans les rues du village.

C’est aussi l’avis du maire Sébastien Bernard qui souhaite voir se développer de nouveaux espaces de plantation solidaire tant dans l’espace public que sur le domaine privé. Rappelons aussi que la bibliothèque municipale se joint au projet en accueillant une grainothèque où chacun peut librement déposer prendre et échanger ses graines bio et constituer ainsi une collection de semences adaptées au territoire.

Enfin, le groupe « Gratiéria Toulourenc-Baronnies » organise une nouvelle Gratiferia (marché gratuit) à Buis les Baronnies le dimanche 19 octobre dans la salle du foyer J.J. Coupon. Au programme : donner, prendre, recevoir, rencontrer, partager, en musique et autourd’une soupe à midi.

 Alain Bosmans
Article paru le 26 septembre 2014 dans le Dauphiné Libéré.

Pour en savoir plus :
+
Les incroyables comestibles : http://www.incredible-edible.info
+ Le collectif de Buis : http://icbuis.canalblog.com
+ Contact : 06 62 64 18 35 ou 06 14 19 45 59
+ Face book : http://www.facebook.com/groups/nitrocnireciprocite

 

 

Ils ont 4 semaines pour construire « Tous ensemble » une maison

Devant le St Julien, Marc-Emmanuel, le très carismatique animateur de l'émission de TF1: "Tous Ensemble".

Le tournage d’un nouvel épisode du magazine télévisé hebdomadaire de solidarité « Tous ensemble », présentée par l’animateur Marc-Emmanuel Dufour et consacré aux buxois Sylvain et Vérina Chastan, a débuté mercredi 19 septembre à Buis les Baronnies. Il doit durer moins de 4 semaines sous les caméras de TF1.

Chaque semaine quelque part en France, dans le cadre de l’émission de TF1 diffusée tous les samedis à 17h50, Marc-Emmanuel vient à la rencontre d’une famille en difficulté et organise autour d’elle une véritable chaîne de solidarité afin de lui porter secours. Le présentateur joue le rôle du coach et fait le « collecteur de fonds » pour mener à bien son projet de bienfaisance. C’est la situation angoissante dans laquelle se trouve aujourd’hui le couple de buxois Sylvain et Vérina Chastan (voir ci-dessous l’histoire catastrophique de la construction de leur maison), qui a retenu l’attention des réalisateurs de l’émission.

La « marche des bénévoles » (maire en tête) ouvre traditionnellement le magazine hebdomadaire de solidarité

 Le premier rendez-vous de solidarité avait lieu hier matin autour de la simple dalle du chantier de construction de leur maison, située 499 avenue du général de Gaulle. De nombreux amis, membres de la famille, voisins, artisans locaux, fournisseurs de matériaux, étaient réunis autour de Marc-Emmanuel. Au total prés d’une centaine de personnes, tous bien décidées à travailler main dans la main pour débloquer la situation problématique et venir en aide à Sylvain et Vérina Chastan. Sans tarder les équipes de bénévoles et d’ouvriers des entreprises participantes se sont mis à l’ouvrage sous le feu des caméras et projecteurs de la société de production de Julien Courbet qui réalise l’émission pour TF1.

Sous le feu des caméras de TF1, Marc-Emmanuel conduit la « marche des bénévoles »

 L’objectif est de construire la maison en moins de 4 semaines en n’utilisant que des matériaux offerts, des compétences et une force de travail bénévoles. « Le défi est d’importance » confiait Marc-Emmanuel. « Nous avons rarement eu aussi peu de matériaux pour débuter la construction d’une maison à partir d’une simple dalle … Nous comptons sur la formidable générosité des Buxois et des habitants de toute la région … »

amis, membres de la famille, voisins, artisans locaux ont participé mercredi matin à la "Marche des Bénévoles"

 Sylvain et Vérina CHASTAN
Histoire d’un naufrage immobilier

La famille Chastan : Sylvain et Vérina avec leurs filles Lilou (8 ans) et Lina (10 ans) - Crédit photo TF1

 Sylvain Chastan travaille à Mollans sur Ouvèze dans l’entreprise « Nature Provence » tandis que son épouse Vérina est secrétaire à l’accueil de l’hôpital de Buis les Baronnies. Ils ont deux filles Lilou (8 ans) et Lina (11 ans) scolarisées à l’école élémentaire de Buis. Logés dans un appartement en location en centre ville, Sylvain et Vérina se lancent en 2009 dans la construction de leur futur foyer. Ils trouvent le terrain idéal proche de la zone artisanale de La Palun, et font appel à l’un de leurs amis pour trouver un entrepreneur. Le couple opte pour un projet de maison en bois que le constructeur leur propose et entament les démarches pour le crédit et les documents administratifs. Tout est signé en novembre 2009 et le chantier débute lentement. Tellement lentement qu’en mars 2010, seule la dalle est faite et le constructeur continue de leur réclamer de l’argent pour faire des commandes de matériaux. Confiant et pour faire avancer le chantier, le couple règle différentes factures, jusqu’au jour où ils apprennent que le pseudo entrepreneur n’a aucune autorisation pour construire des maisons et que sa société est en liquidation judiciaire. Aujourd’hui, ils ont payés plus de 80 000€ pour une dalle et n’ont plus les moyens de terminer le chantier. Contraints de rembourser chaque mois les traites des crédits bancaires engagés et de payer le loyer de leur appartement, ils sont pris à la gorge et la famille s’enfonce petit à petit dans un marasme moral et financier. « Tous ensemble », unis derrière l’animateur Marc-Emmanuel, la générosité des buxois devraient leur redonner le sourire.

Une soirée « Tous ensemble » pour la maison de Sylvain et Verina

Ce sont plusieurs centaines de personnes qui se mobilisent (ici mercredi soir dans la salle des fêtes de Buis) à l'appel de Marc-Emmanuel.

 Une soirée récréative est organisée dimanche soir 23 septembre à partir de 18h sur la place du Quinconce par la mairie et les bénévoles qui se sont engagés à relever le défi de construire et d’équiper en totalité et en moins d’un mois la maison de Sylvain et Vérina Chastan (voir notre article du 20 septembre). La soirée commencera par une cérémonie de la confrérie des chevaliers du tilleul qui introniseront dans leurs rangs le réalisateur de l’émission Vincent Françoise et le PDG Michel Kratz de l’entreprise Euro Mac 2, principal contributeur du projet buxois. La chanteuse Farah Rigal auteur compositeur interprète d’origine marocaine, présentatrice vedette de l’émission enfantine « La Mini Chaine » chantera gratuitement avec ses musiciens et l’atelier de danse Country « Dynamite Bang » de Valréas, auquel Verina participe, effectuera des démonstrations dans une ambiance très western. Toute la soirée, des gâteaux, friandises, restauration et buvette, approvisionnés par les bénévoles, seront en vente au profit du projet. L’objectif est de collecter le maximum des fonds destinés à l’achat de matériaux et à mobiliser les bonnes volontés pour terminer la construction de la maison.

Pour participer à la chaine de solidarité: contactez William ou Gab (conducteurs du chantier) au 07 61 58 48 43 et 07 61 34 18 24 où se rendre sur le chantier ouvert tous les jours (week-end compris) de 08h à 20h.

Alain Bosmans (Texte et photos)
Article paru dans le Dauphiné Libéré du 20 septembre 2012

Téléthon mouvementé à Mollans : 4 véhicules carbonisés au Buis

Samedi matin sur le parking de la place du 19 mars, la carcasse des 4 véhicules carbonisés

De sérieux incidents ont marqué dans la nuit de vendredi à samedi les « 24 heures du Téléthon de Mollans » qui mobilisent chaque année depuis 17 ans le village et toutes les communes environnantes en faveur de l’AFM.

Samedi 3 décembre vers 3 heures du matin, alors que la soirée dansante animée par le groupe « Rock en Stock » se terminait dans la salle St Marcel qui jouxte le stade de Mollans sur Ouvèze, plusieurs individus circulant dans un véhicule Fiat Bravo se sont lancés dans un gymkhana endommageant sérieusement la pelouse du terrain de football.

Ayant appelé la gendarmerie et souhaitant immobiliser le véhicule, plusieurs mollanais fermaient alors la barrière d’accès au stade que le véhicule enfonçait avant de prendre la direction de Buis les Baronnies sur les jantes. Après avoir été garée sur le parking du cinéma sur la place du 19 mars, la Fiat Bravo était volontairement incendiée par ses occupants souhaitant sans doute ainsi éliminé toutes traces et possibilités d’identification.

Malgré l’intervention immédiate des gendarmes de la brigade de Buis, le feu devait se propager à 3 autres véhicules proches : Un espace, une Peugeot berlingot et une Citroën C3. L’enquête de la gendarmerie se poursuivait hier dimanche et, les auteurs de ces incidents ayant été identifiés, on s’attend à d’imminentes interpellations.

Alain Bosmans
Article paru dans le Dauphiné Libéré du dimanche 4 décembre 2011

Le feu s’est propagé de la Fiat Bravo (à droite) aux trois autres véhicules

Un calendrier pour Celia, Martin et les autres «Etoiles»

Emouvante présentation du calendrier 2012 en présence de Servanne Jourdy, Michel Grégoire, Marie Claire Cartégena, Yves Roux, Denis Julian et Léopold Pizzor

En lieu de l’habituel bilan annuel d’activités, traditionnellement détaillé à l’occasion de la présentation du calendrier 2012 des pompiers aux élus, l’adjudant-chef du centre de secours de Mollans sur Ouvèze Denis Julian devait prononcer vendredi soir 4 novembre dans la salle du bicentenaire un très émouvant discours.

Voila 3 semaines en effet, Celia quatre ans et demie, fille d’un pompier volontaire du centre, est décédée des suites d’une tumeur au cerveau après 6 mois de lutte contre l’innommable maladie. « Que pouvions nous faire d’autres que de soutenir les malheureux parents », s’est publiquement interrogé Denis Julian ?

Et les 22 pompiers volontaires de Mollans, pour qui la solidarité et l’engagement ne sont pas des vains mots, ont trouvé quoi faire. Rapidement, le projet d’éditer un calendrier caritatif fait par et pour les enfants malades a été monté en partenariat avec et au profit de l’association « L’étoile de Martin ». Une association qui porte le nom du petit Martin, envolé lui aussi d’une tumeur cancéreuse au cerveau en 2006 à l’âge de 2 ans. Une association présidée par sa maman Servanne Jourdy qui, depuis 5 ans, mobilise toutes les énergies et les solidarités pour que, un jour, « il n’y ait plus jamais d’enfants comme Martin ou Celia à rejoindre les étoiles … ».

Les amis des pompiers de Mollans étaient venus nombreux pour la présentation du calendrier 2012.

Une généreuse initiative

Depuis sa création, l’association « L’étoile de Martin » a reversé 500 000 € à l’Institut cancérologie Gustave Roussy pour ses recherches sur les cancers pédiatriques. Elle finance également des ateliers pour le mieux être des enfants malades, dont un atelier d’art plastique qui a participé à la réalisation du calendrier des pompiers de Mollans. « Notre calendrier est illustré de 12 dessins sur le thème des pompiers réalisés par des enfants malades de 5 à 12 ans », explique Denis Julian. « Le dessin de couverture a été réalisé avant de nous quitter par la petite Celia aidée par son frère Yohan … »

L’amicale des sapeurs pompiers de Mollans, présidée par le caporal chef Léopold Pizzorno, va maintenant entamer la traditionnelle tournée de distribution de ce calendrier sur les 4 communes de son périmètre d’intervention : Mollans, Pierrelongue, St léger du Ventoux et Mérindol Les Oliviers. Sur les sommes collectées par cette tournée, 20 % des bénéfices seront reversés à « L’étoile de Martin ».

Mais les pompiers de Mollans souhaitent mobiliser un public plus large à leur généreuse initiative. Les calendriers sont donc également mis en vente par correspondance (10 € minimum) au profit intégral de l’association. Pour y participer, les calendriers seront envoyés par la poste contre un chèque de 10 € (minimum) à l’ordre de l’Amicale des Sapeurs Pompiers de Mollans sur Ouvèze – Centre de secours – 26170 – Mollans sur Ouvèze.

Alain BOSMANS
Article paru dans le Dauphiné Libéré du 8 novembre 2011

Le dessin de couverture du calendrier a été réalisé par la petite Celia qui a pu en voir la maquette avant de nous quitter

Pour tout savoir et soutenir l’association « L’étoile de Martin » : voir son site Internet : http://www.letoiledemartin.org – On peut également soutenir sa présidente Servanne Jourdy qui participe en ce moment au grand concours de « La Femme Formidable 2011 » organisé par la revue féminine « Femme Actuelle » en votant pour elle (vous et vos proches) sur Internet jusqu’au 13 novembre : http://www.femmeactuelle.fr/actu/femmes-formidables/je-vote/votez-pour-la-femme-formidable-2011-00123

Servanne JOURDY

Blake devient le «Marathon dog» du Raid in France


C’est sur la place du Quinconce, envahie par les coureurs du « Raid in France » attendant jeudi 1er septembre en fin d’après midi la cérémonie de remise des prix, que Cathy Ducros propriétaire de la résidence de vacances de « La Honas » à La Rochette du Buis est venue récupérer son chien « Blake » devenu en 5 jours la mascotte de la course. Ce labrador de moins d’un an a l’habitude de suivre les randonneurs à pied ou en VTT qui sillonnent les alentours de la propriété de ses maitres qui doivent ainsi souvent aller le chercher fort loin de chez eux.
Mais le passage du fameux « Raid in France » dans les Baronnies semble lui avoir donné des ailes puisque c’est proche de St Nazaire le Désert à quelques 50 km à vol d’oiseau de « La Honas » que, dès dimanche soir, Blake prenait la piste de l’équipe de tête « Quechua ». Puis, changeant de compagnie, il se mettait pendant 2 jours dans les pas et dans les roues de l’équipe espagnole « Bimbache Extrem » jusqu’au contrôle du Poët en Percip où il arrivait épuisé mercredi soir. Enfin, après une nuit de repos en compagnie des contrôleurs, il reprenait la course jeudi matin jusqu’au Buis dans les pas de l’équipe « Lozère Sport Nature Power »…
Les raideurs étonnés et attendris par l’aventure lui donnaient aussitôt le surnom de « marathon dog » et furent nombreux à vouloir se faire photographier avec lui. Ci-dessous, il pose pour la postérité en compagnie de l’équipe espagnole « Bimbache Extrem » et de sa maitresse Cathy Ducros venue le récupérer.

Ils sont arrivés …

L’équipe franco-canadienne « Quechua.com » est arrivé à Buis les Baronnies hier jeudi 1er septembre à 5h22 du matin, franchissant en vainqueur la ligne d’arrivée, après 90 heures et 26 minutes d’une course hors norme à travers le Vercors et les Baronnies : « Le Raid in France 2011 ».
Le team Quechua, du nom de l’entreprise savoyarde concepteur de produits innovants spécialiste des sports de montagne, se caractérise depuis sa formation en 2003 par son extrême régularité dans les compétitions de Raid Nature au plus haut niveau mondial.
Il est composé de Rudy Gouy, capitaine de l’équipe, militaire à l’Ecole Militaire de Haute-Montagne de Chamonix, spécialiste de l’orientation et de la gestion de la vitesse. Laurent Fabre: militaire à l’Ecole Militaire de Haute-Montagne de Chamonix, guide de haute-montagne, spécialiste des épreuves de montagne, escalade, manipulations de cordes. Sandrine Monier: Institutrice, spécialiste du kayak, elle s’occupe plus particulièrement de la gestion horaire du raid, de la fatigue et du sommeil. Yves Billodeau, le canadien de l’aventure, préparateur et responsable des techniciens de l’équipe canadienne de ski de fond, spécialiste en navigation.
Harassés, fourbus, mais oh combien heureux, le team, déjà vainqueur de l’épreuve en 2007 et 2009, s’offre avec cette victoire le trophée du « Raid in France » réservé à la seule équipe ayant remporté 3 fois l’épreuve.
« Nous avons pris beaucoup de plaisir à traverser des paysages exceptionnels comme le Dévoluy et à découvrir les Baronnies » devait déclarer Rudy Gouy à l’arrivée. « On croit connaître son pays et pourtant, on est toujours émerveillé et surpris… Notre prochain objectif est la finale du championnat du monde en novembre, en Tasmanie, avant de ranger nos affaires et de retrouver les pistes de ski… ».
Toute la journée, derrière les quatre co-équipiers victorieux, les 35 équipes (dont seulement 7 qui auront parcouru l’ensemble du circuit) arrivaient successivement au Buis où, sur le podium de la place du Quinconce, ils étaient accueillis par le maire Jean Pierre Buix.

Des lauriers pour les raideurs

La quatrième édition du « Raid In France » dont le départ fut donné à Buis dimanche dernier à l’aube s’est clôturé jeudi soir 1er septembre sur la place du Quinconce où les quelques 200 raideurs, entourés de dizaines de bénévoles ayant participé à l’organisation, se retrouvaient pour la cérémonie de remise des prix. En présence du maire Jean Pierre Buix et de la conseillère générale Marie Claire Cartagéna, le fondateur et directeur de la course Pascal Bahuaud remettait à chaque membre de chaque team, dans l’ordre inverse de leur arrivée, le trophée souvenir d’une des compétitions françaises les plus rudes et prestigieuses de cette discipline.
C’est finalement l’équipe franco canadienne « Quechua » qui l’emportait après 5 jours de course d’une rare intensité devant les ukrainiens du team OS Direct Adventure en seconde position, les danois de Daredevils Adventure team 3ème, les norvégiens de Merrell Haglofs Multimania 4ème et le Vaucluse Adventure Evasion d’Okisport en cinquième position.
Couverts de lauriers ou simplement heureux d’avoir participé à une belle aventure, les raideurs, accompagnateurs et bénévoles se retrouvaient à la salle des fêtes de La Palun pour partager très joyeusement un repas de gala bien mérité. Ci dessous sur le podium les cinq équipes arrivés en tête du « Rain in France 2011 ».

Alain BOSMANS
Article paru dans le Dauphiné les 2, 3 et 4 septembre 2011.

Disparition mystérieuse d’Edmond Veux

edmondveux3.1292168788.jpgRésident à la Maison de retraite de l’hôpital local de Buis depuis un mois seulement, Edmond Veux, qui avait fêté quelques jours auparavant son centième anniversaire, a quitté lundi 29 novembre vers 11h l’établissement buxois vêtu d’un simple pantalon et pull over et chaussé de pantoufles. Immédiatement d’importantes recherches furent menées par la gendarmerie des compagnies de Buis et de Nyons renforcées par deux équipes cynophiles de Pierrelatte et Grenoble, les sapeurs pompiers des centres de Buis et de Nyon (coordonnées par le lieutenant des pompiers de Nyons Brice Demat), ainsi que de nombreux bénévoles parmi lesquels des personnels de l’hôpital et de la mairie. Plus de 100 personnes se mobilisèrent le jour même jusqu’à 3 heures du matin.

Même si les possibilités de retrouver le centenaire vivant étaient pratiquement nulles, les recherches se poursuivaient en vain pendant 3 jours avec des bénévoles, amis de la famille et randonneurs, mobilisés par le maire Jean Pierre Buix et coordonnés par le sergent chef des sapeurs pompiers Mathieu Mouillère et les adjudants de gendarmerie Caron et Boher.

Tant que son corps n’aura pas été retrouvé, la disparition d’Edmond Veux restera mystérieuse pour tous et particulièrement douloureuse pour sa famille et ses proches.

Il était né voila 100 ans…

Edmond Veux était né le 24 novembre 1910 à St Auban. Marié à sa cousine germaine Marie Rose née Veux (décédée aujourd’hui), charron de son état (cercleur des roues de bois des charrettes), Edmond Veux fut fait prisonnier de guerre en Allemagne de septembre 1939 à septembre 1945. De retour de captivité il reprendra avec son épouse l’exploitation agricole de ses parents de « la Truchière », avant de prendre sa retraite à 65 ans en construisant de ses propres mains une maison sur ses terres du « Palais », laissant « la Truchière » à sa fille et son gendre. A la veille de son centième anniversaire il entrait le 19 octobre dernier à la maison de retraite de Buis d’où il disparaissait lundi dernier 29 novembre 2010 en fin de matinée.

De l’avis de ses proches, et notamment de Colette kleemann-Rochas qui lui consacrait une biographie, il avait beaucoup de mal à supporter ce dernier déracinement et aurait déclaré à cette dernière la veille de sa disparition « souhaiter reprendre les chemins des collines pour rejoindre sa mère… »

Alain Bosmans