Résultats des deux tours – Elections législatives – Buis les Baronnies

19 juin 2017 : Célia De Lavergne, Drôme
26 – 03
Hémicycle, début de la XVe législature 1

Célia de Lavergne – députée de la Drôme

La jeune candidate de « La République en Marche » Célia de Lavergne remporte la victoire dans la 3ème circonscription de la Drôme où elle est élue députée avec 56,99 % des voix contre le candidat LR Pierre Bérard (43,01). Célia de Laverne est la première femme députée dans cette circonscription, elle succède à Hervé Mariton. Agée de 37 ans, mariée et mère de trois enfants, Célia de Lavergne  habite à La Chapelle-en-Vercors.

 Ingénieur, diplômée de l’Ecole Polytechnique et de l’Ecole Nationale des Ponts et chaussées, Célia de Lavergne a commencé sa carrière professionnelle dans le secteur associatif au Bénin, puis a été chargée de mission à « Experians », association qui étudie l’assainissement urbain des quartiers défavorisés dans les pays en développement. De 2006 à 2009, elle a été responsable du développement durable à la Société d’Exploitation des Eaux du Niger à Niamey avant de créer et de coordonner le réseau Projection, plateforme d’échanges pour les jeunes professionnels du Nord et du Sud dans le secteur des services urbains des pays en développement. En février 2011 elle est nommée directrice générale de l’Association Scientifique et Technique pour l’Eau et l’Environnement (ASTEE). L’Astee est une association reconnue d’utilité publique qui rassemble des experts, chercheurs scientifiques et praticiens, ainsi que des représentants d’organismes publics et privés et de ministères, intervenant dans les différents secteurs de l’environnement. De 2014 à 2016, elle devient conseillère technique à la mairie de Paris sur l’urbanisme.

Son suppléant est Xavier Charmoy, 62 ans, libraire à Nyons. Diplômé de St Cyr, marié, père de 4 enfants et grand-père de 4 petits enfants, il est installé depuis 18 ans sur le territoire de la Drôme.

Célia de Lavigne sur le marché de Buis les Baronnies avec son suppléant Xavier Charmoy et le maire de St Paul-Trois-Châteaux Jean-Michel Catelinois.

Résultats 2ème  tour  – Elections législatives

Le 18 juin 2017 – Buis les Baronnies

 Nombre d’inscrits :      1750

Nombre de votants : 845 – 48,29 %

Nombre d’exprimés : 706

Nombre de bulletins blancs : 108

Nombre de bulletins nuls : 31

Paul BERARD (Les Républicains) : 302 – 42,78 %

Mme Célia DE LAVERGNE (La République en marche !) : 404 _ 57,22 %

Les leçons d’un scrutin

La participation des buxois au second tour des élections législatives du dimanche 18 juin est de nouveau en baisse par rapport au même scrutin 8 jours plus tôt. Elle passe de 983 votants (56 %) à 845 (48 %). Cette faible participation est aggravée par le nombre important de bulletins blancs ou nuls (139) qui ramène le nombre d’électeurs s’étant exprimés pour l’un des deux candidats à 706 sur 1750 inscrits, soit 40 % seulement.

La candidate élue de La République en Marche, Celia de Lavergne, recueille 57,22% des suffrages exprimés au Buis. Avec 404 voix, elle améliore son score du premier tour de 126 voix. Un chiffre que l’on peut comparer aux 191 voix qui s’étaient portées au premier tour sur Pascale Rochas (PS). Pierre Bérard (candidat LR) passe de 167 voix recueillis au premier tour à 302 au second (plus 135 voix). Une amélioration qui, faute d’avoir réussi à mobiliser suffisamment d’abstentionnistes, ne lui permet pas de combler le retard pris au premier tour.

Alain Bosmans


Résultats 1er tour – Elections législatives

Le 11 juin 2017 – Buis les Baronnies

 Nombre d’inscrits :      1750

Nombre de votants : 983   –   56,2 %

Nombre d’exprimés : 967

Nombre de bulletins blancs : 14

Nombre de bulletins nuls : 2

Mme Chantal BÉLÉZY  (Parti communiste français) : 20    –  2,06 % 

Paul BERARD (Les Républicains) : 167   –    17,26 %

Mme Martine MORVAN (Ecologiste EELV) : 28   –    2,90 %

Norbert AGUERA (Debout la France) : 3

Didier THEVENIEAU (La France insoumise) : 137   –   14,17 %

Mme Brigitte ROUSSELET (Divers – Union Populaire Républicaine) : 4

Mme Rachel REYGNIER (Front National) : 119   –    12,31 %

Frédéric AMANDOLA (Ecologiste) : 3

Charly CHAMPMARTIN – (Lutte ouvrière) : 2

Rodolphe DEJOUR – (Divers droite,  La France qui ose) : 2

Mme Pascale ROCHAS – (Parti socialiste) : 191   –    19,75 %

Mme Célia DE LAVERGNE (En marche !) : 278   –   28,74 %

Gabriel LACROIX (Sans étiquette) : 13

Les leçons d’un scrutin

La participation des buxois au premier tour des élections législatives du dimanche 11 juin est en forte baisse par rapport au premier tour de l’élection présidentielle du 23 avril. Elle passe de 1412 votants (80 %) à 983 (56 %). Cette forte abstention n’aura cependant pas touché tous les candidats à égalité. La candidate de la République en Marche, Celia de Lavergne arrive nettement en tête avec 28,74 % et améliore en nombre (plus 12 voix) et en pourcentage (plus 10 points) le score d’Emmanuel Macron 45 jours plus tôt au Buis. Dans son fief buxois, Pascale Rochas (PS) fait également un joli score et arrive en seconde position avec 19,75 % des voix. Elle améliore le score de Benoit Hamon de 10 points de pourcentage.
Les autres candidats sont tous pénalisés par la forte abstention du scrutin buxois. Paul Bérard (LR) arrive en 3e position et perd 100 voix par rapport à Fillon. Didier Thévenieau (La France Insoumise) ne recueille que 137 voix des 316 s’étant portées sur Jean-Luc Mélenchon le 23 avril. Quant au Front national, il passe au Buis de 254 voix pour Marine Lepen à 119 pour Rachel Reygnier.

Alain Bosmans

Pascale Rochas (PS) fait un joli score dans son fief buxois.

« L’hôpital est loin d’être sauvé et les financements n’y sont pas ! »

Prés de 700 personnes ont défilé de l’hôpital au Quinconce.

BUIS-LES-BARONNIES  –  700 personnes manifestent colère et incompréhension devant le blocage du projet de réhabilitation de l’hôpital local.

Une cinquantaine d’élus dont une trentaine d’écharpes tricolores étaient présentes

La manifestation lancée par le comité de soutien de l’hôpital présidé par Jean-Pierre Buix a réuni hier en fin de matinée près de 700 personnes parmi lesquelles une trentaine de maires et élus portant écharpes tricolores. L’imposant cortège, traversait les rues du village derrière une joyeuse batucada pour relier l’établissement à la place du Quinconce.

Pascale Rochas, Marie Pierre Monier et Didier-Claude Blanc prirent la parole devant l’Hôpital.

De nombreuses banderoles ironiques brocardaient le président du conseil départemental, « Des ronds-points, mais pas de ronds pour les soins », « Bretelles d’autoroute ou ceinture d’hôpital », « L’hôpital se dégrade, que fait le conseil général », « Labaune ne nous a pas à la bonne », « La baune blague ». Des photos de résidents de l’EHPAD s’affichaient en grand format avec le slogan « Parce que je le vaux bien » et la foule bonne enfant reprenait en chœur une parodie de la chanson des « Enfoirées » affirmant « qu’aujourd’hui à Buis-les-Baronnies, la santé n’a pas de prix, avec l’aide du département nous soignerons plus longtemps… ».

Mais le temps fort de la manifestation fut celui des prises de paroles. Devant l’hôpital, par la conseillère départementale Pascale Rochas, la sénatrice maire de Vinsobres Marie Pierre Monier et le conseiller régional Didier-Claude Blanc, puis sur le podium de la place du Quinconce le maire Sébastien Bernard s’exprimait et Jean Pierre Buix concluait avec la fougue (et le sens de la modération) qu’on lui connait…

Jean-Pierre Buix et Sébastien Bernard sur le podium de la place du Quinconce.

En substance, les discours rappelèrent que l’hôpital de Buis-les-Baronnies a été reconnu maillon territorial essentiel dans le réseau de santé départemental. Son état vieillissant, à la limite de l’insalubrité, a conduit les instances de tutelle à reconnaître et à décider voilà déjà 10 ans de la restructuration complète de l’établissement. Or à ce jour le dossier n’avance pas. Il est, semble-t-il, toujours bloqué par le flou artistique du plan de financement de l’établissement et notamment par l’insuffisance des subventions du conseil départemental dont la politique d’investissement provoque la colère et l’incompréhension dans les Baronnies. Car plus on attend et plus l’établissement se dégrade, plus les conditions de travail sont difficiles et plus les coûts de reconstruction augmentent. Alors, maintenant on fait quoi, Monsieur Labaune ?

Alain Bosmans
Article paru dans le Dauphiné Libéré du 21 mai 2017

La foule s’est réunie devant l’établissement en fin de matinée.

Pour en savoir plus : Un communiqué du comité de soutien de l’hôpital de Buis les Baronnies:

24 avril 2017

Où en est l’Hôpital de Buis?

Depuis sa mise en place le 17 janvier, le Comité de soutien s’est fortement investi dans la défense de l’Hôpital et vous avez pu en avoir un aperçu dans les différents articles de presse. Jean-Pierre Buix, Président du Comité de Soutien, vous présente un point d’étape afin de vous informer plus précisément sur les discussions concernant l’hôpital de Buis :

En février 2016, L’Agence Régionale de Santé (ARS) et le Département ont validé le schéma directeur pour un montant de 23,4 millions d’euros. Ce schéma entrainait la démolition complète puis la reconstruction.

En juin 2016, sous l’impulsion du Département, le projet financier était repoussé. Début 2017 le Comité de soutien était créé pour défendre ce projet pourtant réalisé par les ingénieurs experts de l’ARS qui affirmaient qu’il était le meilleur pour les résidents et le personnel.

Devant le battage médiatique créé par le Comité et l’intransigeance du Département, l’ARS coupait la poire en deux et demandait à la Directrice d’étudier une réhabilitation dans une enveloppe comprise entre 20 et 21 millions d’euros. Le Conseil de surveillance acceptait cette proposition, avec de nombreuses réserves. Le projet destruction/reconstruction était totalement abandonné. Le bâtiment historique, dans lequel se trouvent la buanderie, la cuisine et les services médecine et sanitaire ne seront plus démolis.

Analyse : cette version ne nous satisfait pas car les services sanitaires sont nettement dévalorisés, sur deux étages avec ascenseur, réduction des salles de repos, d’animation et de rééducation.

Notre demande très forte : revenir au projet directeur de 2009 et mettre dans la partie « historique » de 1914, toute la partie logistique et transférer dans les bâtiments neufs, médecine et soins de suite, rejoignant ainsi l’Etablissement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD).

Cette situation pourrait nous satisfaire et elle constituerait une victoire pour le Comité. Inconvénient : Cuisine et buanderie (rénovée il y a déjà 20 ans) seraient les grands perdants de cette restructuration. La Directrice et les ingénieurs vont faire face à un véritable casse tête pour faire les économies demandées et rentrer dans l’enveloppe imposées, rabotant des surfaces par ci par là.

Analyse financière : Le nouveau projet est de 21 millions, même si une préconisation de rester à 20 millions est fortement recommandée soit 15,8 millions pour l’EHPAD (80 lits) et 5,2 millions pour la partie médecine.

Montage financier pour la partie médecine et soins de suite (5,2 millions) non encore tranché

Montage financier pour l’EHPAD (15,8 millions) : – ARS : 2 millions – Département : 1,5 millions – Commune des Buis-les-Baronnies : 500 000 euros – Augmentation de 27% du coût journalier sur 6 ans, à raison de 3 €par an. On passerait de 46 à 63 €par jour. – Emprunt par l’Hôpital : il devra être très conséquent pour permettre d’atteindre les 15,8 millions

1ère constatation : le faible niveau de subvention 4 millions (25% du total, moins de 10% pour le Département) rend difficile la réalisation. Il faut noter que la position pingre du Département a déclenché les difficultés de la rénovation de l’Hôpital. Il y a quelques années le Département avait mis 1,8 millions pour la réfection de l’EHPAD de Nyons alors que les travaux étaient moins importants.

Aujourd’hui nous pouvons pratiquement affirmer que si le niveau de subvention n’augmentait pas, les finances de l’hôpital seraient mises en danger. L’indispensable fonds de roulement en trésorerie pour payer les salaires et les fournisseurs, garder la possibilité d’entretien minimal des locaux pour empêcher la dégradation dans les 30 années à venir et équilibrer le budget de l’EHPAD en déficit chronique, seraient compromis.

C’est ce que nous avons expliqué au Président du Département Monsieur Labaune le 10 avril. Il nous a opposé une fin de non recevoir. Mensonges et contre vérités se sont succédés. Pour lui la santé est une marchandise à rentabiliser. Son manque de générosité humaine flagrante a fortement touché la délégation du Comité.

Calendrier du nouveau projet : Octobre 2017: présentation du nouveau schéma directeur (entre 20 et 21 millions) à l’ARS, au Département et au Conseil de surveillance. Janvier 2018 : présentation du plan de financement Il faudra attendre 8 mois pour savoir si le nouveau projet est réalisable. Si le plan de financement avait été validé en juin 2016, les grues seraient rentrées sur le chantier début 2018. Maintenant il faudra attendre au minimum 2020.

Comité de Soutien de l’Hôpital de Buis-les-Baronnies et de la santé – Mairie 1 Bd Aristide Brian – 26170 – Buis-les-Baronnies – ComiteHopitalBuis@gmail.com – Facebook : Comité de soutien de l’Hôpital de Buis et de la santé.

Photos Alain et Arthur Bosmans

La fraternité, c’est maintenant !

Plus de 150 personnes ont partagé ce moment de fraternité.
Plus de 150 personnes ont partagé ce moment de fraternité.

A l’initiative d’une dizaine d’associations du sud Drôme et des départements limitrophes impliquées dans l’accueil de réfugiés, une fête de la Fraternité était organisée dans l’après-midi dimanche 31 janvier dans la salle du foyer J.J.Coupon à Buis-les-Baronnies.

Chants, danses, douceurs et convivialité, la fête fut belle !
Chants, danses, douceurs et convivialité, la fête fut belle !

Plus de cent cinquante personnes s’y retrouvaient parmi lesquels les représentants des comités de soutien aux réfugiés venus de Nyons, Valréas, Vaison, Vinsobres, Vallon Pont d’Arc, Sisteron et Die. Plusieurs familles de réfugiés du Moyen Orient étaient présentes ainsi qu’une vingtaine de réfugiés soudanais en provenance de Calais, actuellement logés à Sisteron dans des appartements loués par ADOMA (Centre de stabilisation et hébergement d’urgence), où ils sont (à six par appartement) en attente depuis trois mois de leur régularisation. Chacun avait apporté quelque chose, une douceur, une boisson, une musique du monde pour se retrouver, danser, chanter et partager dans une atmosphère festive un moment de fraternité.

Une vingtaine de réfugiés soudanais du Darfour étaient présents sur les 38 arrivés à Sisteron en provenance de Calais le 30 octobre dernier.
Une vingtaine de réfugiés soudanais du Darfour étaient présents sur les 38 arrivés à Sisteron en provenance de Calais le 30 octobre dernier.

Les préfectures aux abonnés absents

 Il s’agissait pour les participants non seulement d’exprimer leur solidarité aux réfugiés mais aussi de chercher ensemble les moyens concrets de leur venir en aide. Pour Josette Fournié, coordinatrice du comité de Séderon, il s’agit aujourd’hui d’apporter à ces milliers d’enfants, de femmes et d’hommes contraints de fuir leur pays au péril de leur vie, un accueil qui réponde aux droits élémentaires des êtres humains.

Des familles Irakiennes participaient à la fête.
Des familles Irakiennes participaient à la fête.

« Alors qu’actuellement d’innombrables familles sont bloquées dans les camps de réfugiés, notamment au nord Liban, nous avons ici dans nos communes la possibilité de les accueillir dignement », ajoute le docteur Pirotto, coordonatrice des comités nyonsais. « Dans toute la région, du Diois au Séderonnais, nous avons mis en place des logements, collectés des fonds, réunis des bénévoles pour l’alphabétisation, l’entraide, les recherches d’emplois … Or les préfectures ne répondent pas à nos offres d’accueil de familles désirant émigrer depuis leur pays d’origine … » Il semble que leur seul souci aujourd’hui est de résorber la « Jungle de Calais », souligne Valérie Rosier du comité buxois.

Plusieurs musiciens ont animé la fête avec des musiques du monde.
Plusieurs musiciens ont animé la fête avec des musiques du monde.

Aussi, afin d’échanger leurs expériences et de coordonner leurs efforts de pression auprès des préfectures, les dix comités de soutien aux réfugiés de la région se réuniront de nouveau au Buis le samedi 13 février prochain.

Texte et photos : Alain Bosmans
Article paru le 3 février 2016 dans le Dauphiné Libéré.

Pour en savoir plus : Lire aussi le blog d’Annie Molinet : https://sederonhautesbaronnies.wordpress.com/

De très nombreux plats et gâteaux, apportés par chacun ont été partagés par tous.
De très nombreux plats et gâteaux, apportés par chacun ont été partagés par tous.
Chants, danses, douceurs et convivialité, la fête fut belle !
Chants, danses, douceurs et convivialité, la fête fut belle !
Chants, danses, douceurs et convivialité, la fête fut belle !
Chants, danses, douceurs et convivialité, la fête fut belle !

Fête Fraternité05

Buis se souvient des heures les plus sombres de son histoire

La plaque commémorative
La plaque commémorative

Episode tragique longtemps mal connu ou enfoui dans les mémoires, la rafle de l’hôtel du Lion d’or à Buis les Baronnies est l’une des plus importantes menées dans la Drôme par les nazis durant la seconde guerre mondiale. (lire aussi l’article précédent : http://tamtamdesbaronnies.blog.lemonde.fr/2014/11/17/buis-commemorera-lan-prochain-la-rafle-de-14-juifs-a-lhotel-du-lion-dor-en-mai-44/

Les buxois parmi lesquels plusieurs personnalités et maires des communes voisines sont venus nombreux se recueillir sur la place des arcades devant la façade de l’hôtel du Lion d’or.
Les buxois parmi lesquels plusieurs personnalités et maires des communes voisines sont venus nombreux se recueillir sur la place des arcades devant la façade de l’hôtel du Lion d’or.

Ce jour terrible du 21 mai 1944 qui vit opérer à l’hôtel du Lion d’or l’arrestation puis la déportation de 14 personnes « de races juives » par des policiers français accompagnés de soldats allemands, Buis a souhaité, 71 ans plus tard, qu’on ne l’oublie pas.

Sébastien Bernard, Bernard Roudil, Hervé Mariton et Michel Grégoire ont dévoilé la plaque sur le mur de l’hôtel du Lion d’or.
Sébastien Bernard, Bernard Roudil, Hervé Mariton et Michel Grégoire ont dévoilé la plaque sur le mur de l’hôtel du Lion d’or.

Une très belle cérémonie, sobre, émouvante et forte, organisée par la mairie en collaboration avec l’association Mémoire de la résistance en hautes Baronnies s’est déroulée jeudi 21 mai 2015 en fin d’après midi sur la place des arcades.

Le sous préfet de Nyons Bernard Roudil et le député Hervé Mariton ont déposé une gerbe devant la plaque commémorative.
Le sous préfet de Nyons Bernard Roudil et le député Hervé Mariton ont déposé une gerbe devant la plaque commémorative.

Parmi les temps forts, ceux qui y assistèrent n’oublierons pas l’évocation magistrale par Serge Pauthe de ces heures sombres de notre histoire et le dévoilement de la plaque commémorative sur le mur de l’hôtel par le maire Sébastien Bernard, le sous préfet de Nyons Bernard Roudil, le député Hervé Mariton et le conseiller régional Michel Grégoire.

14 collégiens ont égrené le nom et le destin des martyrs de la rafle du Lion d’or.
14 collégiens ont égrené le nom et le destin des martyrs de la rafle du Lion d’or.

Après le dépôt de neuf gerbes par les personnalités et représentants d’associations communales, le nom des 14 déportés fut égrené dans un grand recueillement par 14 jeunes gens du collège Henri Barbusse.

Devant les écoliers et collégiens, le groupe vocal Tzarik a interprété le chant de la résistance juive du ghetto de Varsovie.
Devant les écoliers et collégiens, le groupe vocal Tzarik a interprété le chant de la résistance juive du ghetto de Varsovie.

La Marseillaise fut chantée par un groupe de collégiens, le chant des Marais par deux classes de l’école primaire, le chant de la résistance juive du ghetto de Varsovie par le trio Tzarik et le chant des partisans par le groupe vocal des Blés d’or.

Le groupe vocal de Vercoiran « Les blés d’or a interprété avec beaucoup d’émotion le Chant des partisans.
Le groupe vocal de Vercoiran « Les blés d’or a interprété avec beaucoup d’émotion le Chant des partisans.

La cérémonie se déroulait en présence de cinq familles descendantes des martyrs de cette rafle et l’un d’eux Lucien Marchal portait un témoignage du drame particulièrement poignant.

Descendant de la famille Wahl, Lucien Marchal portait un témoignage du drame particulièrement poignant.
Descendant de la famille Wahl, Lucien Marchal portait un témoignage du drame particulièrement poignant.

Enfin le maire qui recevait après la cérémonie tous les participants dans les jardins de l’Hôtel du Lion d’or, remettait aux membres des cinq familles présentes le titre de citoyen d’honneur de la commune.

le maire remet aux membres des familles descendantes des martyrs de la rafle le titre de citoyen d’honneur de la commune.
A l’issue de la cérémonie, le maire remettait aux membres des cinq familles descendantes des martyrs de la rafle le titre de citoyen d’honneur de la commune.

Alain Bosmans
Article paru dans le Dauphiné Libéré le 23 mai 2015 – lire aussi l’article précédent : http://tamtamdesbaronnies.blog.lemonde.fr/2014/11/17/buis-commemorera-lan-prochain-la-rafle-de-14-juifs-a-lhotel-du-lion-dor-en-mai-44/

Une cérémonie, sobre, émouvante et forte.
Une cérémonie, sobre, émouvante et forte.
Neufs gerbes furent déposés parmi lesquelles celle des sapeurs pompiers volontaires de Buis.
Neufs gerbes furent déposés parmi lesquelles celle des sapeurs pompiers volontaires de Buis.
Pierre André et son épouse. Pierre est le fils des anciens propriétaires de l'Hôtel du Lion d'Or. Il avait 13 ans à l'époque et se souvient de la rafle dont il est l'un des derniers témoins.
Pierre André et son épouse. Pierre est le fils des anciens propriétaires de l’Hôtel du Lion d’Or. Il avait 13 ans à l’époque et se souvient de la rafle dont il est l’un des derniers témoins.
Le dépôt de gerbe de Sébastien Bernard Elisabeth Guiot et Michel Grégoire.
Le dépôt de gerbe de Sébastien Bernard Elisabeth Guiot et Michel Grégoire.
Dans leurs discours, les officiels ont rendu hommage à Robert Pinel (à droite), président de l'association "Mémoire de la Résistance en hautes Baronnies " pour son formidable travail de recherche et d'organisation de la cérémonie.
Dans leurs discours, les officiels ont rendu hommage à Robert Pinel (à droite), président de l’association « Mémoire de la Résistance en hautes Baronnies  » pour son formidable travail de recherche et d’organisation de la cérémonie.

Elections départementales : Une triangulaire dans les Baronnies.

 

Résultats du 1er tour des élections départementales du 22 mars 2015 dans le canton de Nyons et des Baronnies
Résultats du 1er tour des élections départementales du 22 mars 2015 dans le canton de Nyons et des Baronnies

Note : Dans ce relevé de résultats publié le lundi 23 mars par le Dauphiné Libéré, les résultats des communes de Plaisians et de Pommerol ont été inversés. Veuillez en tenir compte et nous en excuser.

COMMENTAIRES

Dans ce nouveau canton des Baronnies promis à la gauche, le ticket Pierre Combes et Pascale Rochas (PS/DVG) arrive en tête de ce premier tour avec 39,53 % des voix.
Le FN et son improbable binome Danielle Laget-Hubert Taleroy progresse, surtout dans les petites communes rurales, et arrive en seconde position avec 24,94 % des suffrages.
En troisième position le duo Françoise Bec et Francis Kornprobst (UMP/UDI/DVD) obtient 22,78 % des suffrages ce qui, avec 12, 85 % des inscrits, lui permet de se maintenir de justesse au second tour (à 57 voix près).
Avec 12,76 % des voix, les candidats de l’alternative de gauche (Alain Delhomme et Josette Fournié) obtiennent un résultat nettement au dessus de la moyenne mationale obtenue par le Front de gauche et les Verts. Le report prévisible de leur électorat au second tour sur le binome PS/DVG devrait permettre le succès de ce dernier et l’on voit mal comment Pierre Combes et Pascale Rochas ne pourrait pas être élu dimanche prochain conseiller départementaux du canton des Baronnies.

Pourtant, et selon une analyse du journal « Le Monde » du 23 mars 2015,  « la composition du nouveau conseil départemental ne devrait pas résister à la vague bleue et basculer dimanche prochain de gauche à droite. Malgré 39  % des voix, la gauche a en effet pâti de ses divisions. Elle arrive, par exemple, deuxième ex aequo avec le FN à Romans-sur-Isère, l’un de ses fiefs. Et elle est éliminée dès le premier tour dans le canton de Valence  3 face au maire UMP Nicolas Daragon et au FN. « Nous pouvons garder le département, cela sera très dur et très serré », a toutefois espéré le président sortant du département, le socialiste Didier Guillaume. Avec 27,2  % des voix, le FN fait une véritable percée et parvient à se maintenir dans quinze des dix-neuf cantons. Le parti est arrivé en tête dans les deux cantons de Montélimar et à Grignan. Il n’y aura ainsi que trois cantons avec un duel UMP-PS seuls, et huit triangulaires » (dont celle des Baronnies).

Alain Bosmans

Plus de 1500 Charlies dans les rues du Buis

Les enfants en tête de cortège portaient des panneaux en forme de bulle avec le nom des 17 victimes des événements parisiens.
Les enfants en tête de cortège portaient des panneaux en forme de bulle avec le nom des 17 victimes des événements parisiens.

De mémoire de buxois, on n’avait jamais vécu cela depuis la Libération. Selon les organisateurs et la gendarmerie, pour une fois d’accord, ce sont plus de 1500 personnes qui se sont rassemblées samedi après midi 10 janvier au Buis pour rendre un dernier hommage aux 17 victimes de ce qu’il faut appeler le massacre de Charlie Hebdo.

Une foule impressionnante venue des quatre coins du canton a traversé samedi après midi le village de Buis.
Une foule impressionnante venue des quatre coins du canton a traversé samedi après midi le village de Buis.

Et les organisateurs c’étaient qui ? Au départ c’est un tout petit groupe de buxois qui dés le mercredi soir prend l’initiative de lancer un appel sur « Le Tam-Tam des Baronnies ». Après, les organisateurs, c’est tout le monde : C’est la commune de Buis et les communes environnantes qui soutiennent immédiatement la démarche, ce sont les commerçants du village dont les vitrines se couvrent de bulles « Je suis Charlie », ce sont les multiples messages relayés par les réseaux sociaux, enfin et surtout, les organisateurs ce sont tous les habitants des Baronnies, de tous âges, de toutes conditions, de toutes confessions, tous bien décidés à venir samedi au Buis dire qu’ils voulaient vivre debout et pas à genoux.

Tous derrière ces trois petits mots : « Je suis Charlie »
Tous derrière ces trois petits mots : « Je suis Charlie »

Avant de se mette en marche pour une traversée silencieuse du village, une émouvante Marseillaise fut entonnée par la plupart des présents. Fallait-il chanter la Marseillaise ? La question fut posée par certain et je ne les comprends pas. En exécutant lâchement des journalistes français, des policiers français, des otages juifs français, c’est la France que l’on attaquait, c’est la France qui était touché dans son cœur. Et la France, quand elle se rassemble, quand elle se défend, quand elle parle avec son cœur, c’est naturellement autour de quelques symboles simples et forts : un drapeau tricolore bleu, blanc, rouge, une devise avec 3 mots liberté, égalité, fraternité et un hymne « La Marseillaise ». Et je ne vois pas pourquoi on aurait peur ou honte de les afficher et de la chanter quand le moment est venu de s’unir.

Une foule impressionnante venue des quatre coins du canton a traversé samedi après midi le village de Buis.
Une foule impressionnante venue des quatre coins du canton a traversé samedi après midi le village de Buis.

Alors, derrière les enfants et les élus du canton drapés de tricolore, l’impressionnant cortège offrit samedi après midi un bouleversant spectacle de force et de sérénité. La larme à l’œil et la boule au ventre, les habitants de Buis et des communes environnantes, firent preuve d’une formidable mobilisation pour réaffirmer leur volonté de défendre leur bien le plus précieux : La Liberté. Pour dire non à la barbarie de ces terroristes intégristes fanatisés, fondamentalistes assassins d’une religion qu’ils dénaturent, comme devait le souligner la présence dans les rangs du cortège de nombreux musulmans de la communauté marocaine et algérienne de Buis.

Tous derrière ces trois petits mots : « Je suis Charlie »
Tous derrière ces trois petits mots : « Je suis Charlie »

Aucune prise de parole n’eut lieu pendant cette manifestation, seul le maire de Buis Sébastien Bernard devait sobrement, à l’issue de la marche, remercier tous ceux qui s’étaient rassemblés. Et ce fut bien ainsi. Chacun savait pourquoi il était là et personne n’a cherché à récupérer cette belle unité. 

Alain Bosmans.
Photos Arthur Bosmans

Voir aussi le montage photographique réalisé par Christine Jourdan du service des archives municipales de Buis les Baronnies (PDF – 9 Mo):
http://www.lebuis.net/tamtamdata/7.11.5.13.marche_silencieuse.pdf

Une foule impressionnante venue des quatre coins du canton a traversé samedi après midi le village de Buis
Une foule impressionnante venue des quatre coins du canton a traversé samedi après midi le village de Buis

09

08

11061210

Olivier et Laurence Clary, de la Polynésie aux terres australes françaises

Olivier et Laurence Clary le 31 août 2014 sur la base de l’ile Crozet
Olivier et Laurence Clary le 31 août 2014 sur la base de l’ile Crozet

Partis faire le tour du monde à la voile, Olivier et Laurence Clary sont de retour dans leurs Baronnies natales, après avoir vécu 26 ans sur un voilier en Polynésie et effectué un exceptionnel voyage sur le Marion Dufresnes vers les terres australes et antarctiques françaises. 

On peut être de pure souche baronniarde et n’en être pas moins grand voyageur et solide navigateur. C’est ce que confirme Olivier Clary né à Montauban sur Ouvèze voila 67 ans et qui, de concert avec son épouse Laurence, aura passé plus de la moitié de sa vie sur un voilier à l’autre bout du monde. Fils d’agriculteurs au hameau de Ruissas, devenu enseignant après être passé par l’école normale de Valence, Olivier commence par effectuer son service militaire à Madagascar, avant d’être chargé de la formation des futurs enseignants ivoiriens à Abidjan où il rencontre Laurence, elle-même enseignante et passionnée de voile.

Le Marion Dufresne effectue chaque année 4 rotations à partir de l’ile de la réunion pour ravitailler les terres australes et antarctiques françaises
Le Marion Dufresne effectue chaque année 4 rotations à partir de l’ile de la réunion pour ravitailler les terres australes et antarctiques françaises.

Un quart de siècle en Polynésie

 Ensemble ils achètent un voilier en 1980 et larguent les amarres cinq ans plus tard pour entamer au départ d’Abidjan (où ils rencontrent alors un autre navigateur nommé Alain Bosmans) un tour du monde à la voile qui les mènera jusqu’en Nouvelle Zélande via Panama. En 1988 afin de renflouer la caisse de bord, ils réintègrent l’Université de la Polynésie Française et pendant 26 ans, vivant à bord de leur voilier mouillé au yacht-club de Papeete, ils se rendent au travail chaque matin en dinghy. De temps en temps, Olivier et Laurence lèvent l’ancre pour découvrir des îles aux allures de Marquises et reviennent par avion chaque année goûter aux frimas des Noëls familiaux à Montauban.

Laurence Clary sur le pont du Marion Dufresne arrivant devant l’archipel des Kerguelen
Laurence Clary sur le pont du Marion Dufresne arrivant devant l’archipel des Kerguelen.

 28 jours entre 40èmes rugissants et 50èmes hurlants

 Alors que l’heure et l’âge en sont venus, c’est en faisant l’été dernier un exceptionnel voyage marin à la découverte des TAAF (Terres australes et antarctiques Françaises) que ces deux insatiables amoureux de la mer prennent leur retraite professionnelle. L’administration des TAAF ouvre en effet la possibilité à un nombre limité de visiteurs de découvrir les iles australes de l’Océan Indien (archipel de Crozet, archipel de Kerguelen et ile Amsterdam) lors des 4 rotations de ravitaillement et de relève des personnels que le Marion Dufresne (navire français de ravitaillement) effectue chaque année.

Olivier Clary devant un éléphant de mer des Kerguelen
Olivier Clary devant un éléphant de mer des Kerguelen.

Moyennant 8300 € par personne et deux années en liste d’attente, Olivier et Laurence firent partie des 11 touristes privilégiés qui, du 21 août au 18 septembre dernier, parcoururent sur le navire ravitailleur français près de 9 000 km à travers l’océan Indien. Au départ de l’ile de la Réunion, une bonne partie s’effectue entre 40èmes rugissants et 50èmes hurlants, dans des conditions de mer souvent difficiles. Au total 20 jours de navigation, huit jours et deux nuits à terre (débarquement uniquement en hélicoptère) à la découverte de l’extraordinaire patrimoine naturel de ces terres australes dont les paysages, la flore et la faune sont exceptionnels (otaries, albatros, pétrels, manchots, éléphants de mer).

Laurence Clary sur l’ile de la Possession.
Laurence Clary sur l’ile de la Possession.

De retour aujourd’hui dans les Baronnies à Montauban, ces éternels estivants se consacrent désormais à l’entretien de la ferme familiale et à la plantation d’arbres d’ébénisterie et de chênes truffiers.

 Alain Bosmans
Article paru dans le Dauphiné Libéré du 19 décembre 2014.