Buis se souvient des heures les plus sombres de son histoire

La plaque commémorative
La plaque commémorative

Episode tragique longtemps mal connu ou enfoui dans les mémoires, la rafle de l’hôtel du Lion d’or à Buis les Baronnies est l’une des plus importantes menées dans la Drôme par les nazis durant la seconde guerre mondiale. (lire aussi l’article précédent : http://tamtamdesbaronnies.blog.lemonde.fr/2014/11/17/buis-commemorera-lan-prochain-la-rafle-de-14-juifs-a-lhotel-du-lion-dor-en-mai-44/

Les buxois parmi lesquels plusieurs personnalités et maires des communes voisines sont venus nombreux se recueillir sur la place des arcades devant la façade de l’hôtel du Lion d’or.
Les buxois parmi lesquels plusieurs personnalités et maires des communes voisines sont venus nombreux se recueillir sur la place des arcades devant la façade de l’hôtel du Lion d’or.

Ce jour terrible du 21 mai 1944 qui vit opérer à l’hôtel du Lion d’or l’arrestation puis la déportation de 14 personnes « de races juives » par des policiers français accompagnés de soldats allemands, Buis a souhaité, 71 ans plus tard, qu’on ne l’oublie pas.

Sébastien Bernard, Bernard Roudil, Hervé Mariton et Michel Grégoire ont dévoilé la plaque sur le mur de l’hôtel du Lion d’or.
Sébastien Bernard, Bernard Roudil, Hervé Mariton et Michel Grégoire ont dévoilé la plaque sur le mur de l’hôtel du Lion d’or.

Une très belle cérémonie, sobre, émouvante et forte, organisée par la mairie en collaboration avec l’association Mémoire de la résistance en hautes Baronnies s’est déroulée jeudi 21 mai 2015 en fin d’après midi sur la place des arcades.

Le sous préfet de Nyons Bernard Roudil et le député Hervé Mariton ont déposé une gerbe devant la plaque commémorative.
Le sous préfet de Nyons Bernard Roudil et le député Hervé Mariton ont déposé une gerbe devant la plaque commémorative.

Parmi les temps forts, ceux qui y assistèrent n’oublierons pas l’évocation magistrale par Serge Pauthe de ces heures sombres de notre histoire et le dévoilement de la plaque commémorative sur le mur de l’hôtel par le maire Sébastien Bernard, le sous préfet de Nyons Bernard Roudil, le député Hervé Mariton et le conseiller régional Michel Grégoire.

14 collégiens ont égrené le nom et le destin des martyrs de la rafle du Lion d’or.
14 collégiens ont égrené le nom et le destin des martyrs de la rafle du Lion d’or.

Après le dépôt de neuf gerbes par les personnalités et représentants d’associations communales, le nom des 14 déportés fut égrené dans un grand recueillement par 14 jeunes gens du collège Henri Barbusse.

Devant les écoliers et collégiens, le groupe vocal Tzarik a interprété le chant de la résistance juive du ghetto de Varsovie.
Devant les écoliers et collégiens, le groupe vocal Tzarik a interprété le chant de la résistance juive du ghetto de Varsovie.

La Marseillaise fut chantée par un groupe de collégiens, le chant des Marais par deux classes de l’école primaire, le chant de la résistance juive du ghetto de Varsovie par le trio Tzarik et le chant des partisans par le groupe vocal des Blés d’or.

Le groupe vocal de Vercoiran « Les blés d’or a interprété avec beaucoup d’émotion le Chant des partisans.
Le groupe vocal de Vercoiran « Les blés d’or a interprété avec beaucoup d’émotion le Chant des partisans.

La cérémonie se déroulait en présence de cinq familles descendantes des martyrs de cette rafle et l’un d’eux Lucien Marchal portait un témoignage du drame particulièrement poignant.

Descendant de la famille Wahl, Lucien Marchal portait un témoignage du drame particulièrement poignant.
Descendant de la famille Wahl, Lucien Marchal portait un témoignage du drame particulièrement poignant.

Enfin le maire qui recevait après la cérémonie tous les participants dans les jardins de l’Hôtel du Lion d’or, remettait aux membres des cinq familles présentes le titre de citoyen d’honneur de la commune.

le maire remet aux membres des familles descendantes des martyrs de la rafle le titre de citoyen d’honneur de la commune.
A l’issue de la cérémonie, le maire remettait aux membres des cinq familles descendantes des martyrs de la rafle le titre de citoyen d’honneur de la commune.

Alain Bosmans
Article paru dans le Dauphiné Libéré le 23 mai 2015 – lire aussi l’article précédent : http://tamtamdesbaronnies.blog.lemonde.fr/2014/11/17/buis-commemorera-lan-prochain-la-rafle-de-14-juifs-a-lhotel-du-lion-dor-en-mai-44/

Une cérémonie, sobre, émouvante et forte.
Une cérémonie, sobre, émouvante et forte.
Neufs gerbes furent déposés parmi lesquelles celle des sapeurs pompiers volontaires de Buis.
Neufs gerbes furent déposés parmi lesquelles celle des sapeurs pompiers volontaires de Buis.
Pierre André et son épouse. Pierre est le fils des anciens propriétaires de l'Hôtel du Lion d'Or. Il avait 13 ans à l'époque et se souvient de la rafle dont il est l'un des derniers témoins.
Pierre André et son épouse. Pierre est le fils des anciens propriétaires de l’Hôtel du Lion d’Or. Il avait 13 ans à l’époque et se souvient de la rafle dont il est l’un des derniers témoins.
Le dépôt de gerbe de Sébastien Bernard Elisabeth Guiot et Michel Grégoire.
Le dépôt de gerbe de Sébastien Bernard Elisabeth Guiot et Michel Grégoire.
Dans leurs discours, les officiels ont rendu hommage à Robert Pinel (à droite), président de l'association "Mémoire de la Résistance en hautes Baronnies " pour son formidable travail de recherche et d'organisation de la cérémonie.
Dans leurs discours, les officiels ont rendu hommage à Robert Pinel (à droite), président de l’association « Mémoire de la Résistance en hautes Baronnies  » pour son formidable travail de recherche et d’organisation de la cérémonie.

Buis commémorera l’an prochain la rafle de 14 juifs à l’hôtel du Lion d’Or en mai 44

Entourant le maire Sébastien Bernard, Robert Pinel (à gauche) est le président de l’association « Mémoire Résistance HB » et Robert Bontoux le vice président.
Entourant le maire Sébastien Bernard, Robert Pinel (à gauche) est le président de l’association « Mémoire Résistance HB » et Robert Bontoux le vice président.

C’est un épisode tragique et mal connu, qui s’est déroulé au Buis durant la seconde guerre mondiale. Le 21 mai 1944 vers midi, une dizaine de policiers français en civils accompagnés d’autant de soldats allemands cernent les hôtels de Buis et y contrôlent tous les occupants. Ils procèdent à l’arrestation, pour la plupart dans l’hôtel du Lion d’Or où elles s’étaient retrouvées pour déjeuner en ce dimanche midi, de 14 personnes « de races juives » dit le rapport de police.

 Une terrible page de l’histoire de Buis les Baronnies

Toutes sont amenées en camion à Avignon, incarcérées à la prison Sainte Anne, elles partirent à Auschwitz par le convoi N° 76 du 30 juin 1944. Sur les 14 déportés de ce qu’il faut bien appelé la plus importante rafle de juifs réalisée par les nazis dans la Drôme pendant la dernière guerre, on ne comptera que 3 rescapés… Les autres font partie des 215 Juifs de la Drôme morts en déportation sur 263 arrêtés) comme le raconte Rober Serre dans son remarquable ouvrage “De la Drôme aux camps de la mort”.

Un important travail de recherche historique

Cette terrible page de l’histoire de Buis, longtemps enfouie dans les mémoires, a fait l’objet depuis plus d’un an d’un important travail de recherche historique menée par Robert Pinel, président de l’association « Mémoire de la résistance et de la déportation dans les hautes Baronnies ». Il y fut établi que plusieurs familles juives ont échappé à la rafle, prévenues par différentes personnes, dont une serveuse du Lion d’Or. Un travail qui a convaincu la mairie de Buis, dont le nouveau maire Sébastien Bernard est particulièrement attentif au devoir de mémoire, de commémorer cette rafle l’année prochaine. La cérémonie se déroulera sur la place des Arcades devant l’hôtel du Lion d’Or, le 21 mai 2015, jour anniversaire de la rafle et en cette année du 70ème anniversaire de la libération des camps de concentration.

 Alain Bosmans
Article paru dans le Dauphiné Libéré le 17 novembre 2014.

 Un appel aux familles des déportés de la rafle

 Les organisateur de la cérémonie mémorielle l’an prochain, le 21 mai 2015, souhaitent pouvoir contacter les familles et descendants des 14 déportés de la rafle du Lion d’Or le 21 mai 1944 dont les noms suivent. A cet effet, ils lancent un appel afin qu’ils puisent se faire connaitre auprès de la mairie de Buis – 26170 – tel : 04 75 28 07 34 ou de l’association « Mémoire Résistance HB », Mairie de Eygalayes -26560 – tel : 04 75 28 43 39.

Elie Angel, né le 1er avril 1912 à Istanbul, commerçant en Avignon. Rescapé.

Edouard Carcassone, né le 3 janvier 1906 à Marseille. Représentant à Mirabel-aux-Baronnies (26). Mort en déportation.

Gilberte Esther Carcassone, née Elias, épouse d’Edouard, né le 21 juillet 1909 à Nîmes. Rescapée.

Maurice de Ciaves, né en 1907 à Smyrne (Turquie), nationalité hollandaise, venant d’Avignon. Mort en déportation.

Robert Franck, né le 18 décembre 1903 à Epernay (51), venant de Marseille. Rescapé.

Andrée Henriette Geismar, née Dukas, née en 1895 à Fraize (Vosges). Morte en déportation.

Moïse Leichmann, né le 17 février 1902 à Belfort, médecin à l’Hôpital de Buis. Mort en déportation.

André Michel Lyon, né en 1891 ou 1895 à Paris. Mort en déportation.

Simone Lion née Mayer, épouse d’André, née en 1898 à Paris. Mort en déportation.

Charles Unik, né en 1908, bijoutier à Paris, réfugié à Buis. Mort en déportation.

Simon Wadamski, russe, né le 23 avril 1888 à Podemka. Mort en déportation.

Andrée Marcelle Wahl née Hayem, épouse de Léon, née le 22 juillet 1895 à Epinal. Morte en déportation.

Léon Wahl, époux d’Andrée, né le 27 mars 1971 à Epinal. Mort en déportation.

Armand Woog, né le 1er novembre 1873 à Paris, venu de Marseille. Mort en déportation.

 

Robert Pinel a mené depuis plus d’un an un important travail de recherche historique sur la rafle.
Robert Pinel a mené depuis plus d’un an un important travail de recherche historique sur la rafle.

La reproduction d’une fresque monumentale du château de Versailles dans une grange de Bénivay

Camille Jadot et Célina Mège à l’ouvrage sur l’échafaudage de la vaste toile dans la grange de la maison Mège à Benivay-Ollon.
Camille Jadot et Célina Mège à l’ouvrage sur l’échafaudage de la vaste toile dans la grange de la maison Mège à Benivay-Ollon.

Dans la maison de la famille Mège à Bénivay-Ollon, après le décès l’année dernière de son grand père Pierre, sa petite fille Célina Mège a installé, dans une des granges, un vaste atelier de peinture de patrimoine. Depuis le début mai, Célina et à son amie Camille Jadot y réalisent la monumentale reproduction, sur une toile de 4 mètres de hauteur sur 3 de largeur, d’un détail de la fresque (initialement peinte par Charles Brun) qui orne le plafond de la galerie des glaces du château de Versailles et qui représente le roi soleil trônant en majesté.

Les deux jeunes artistes, qui ne se sont jamais perdus de vue pendant les 10 ans d’un cursus universitaire de copistes de tableaux d’arts et de peintres en décor de patrimoine, se sont retrouvés cet été pour répondre à la commande privée du propriétaire du château de Montaubois dans les Ardennes.

Plus de 700 heures de travail

L’œuvre réalisée à Benivay-Ollon par Célina et Camille aura nécessité plus de 700 heures de travail à deux, avec l’utilisation de différentes techniques : dessin, peinture à l’huile, faux marbres, dorures, moulures, portrait, feuillages, … La gigantesque toile est destinée à orner prochainement un trumeau au dessus de la cheminée de la salle de réception de la nouvelle aile du château ardennais en cours de rénovation.

Célina Mège et Camille Jadot devant leur œuvre terminée.
Célina Mège et Camille Jadot devant leur œuvre terminée.

De par la dimension de la toile et le temps passé à sa réalisation, l’ouvrage constitue une première pour les deux jeunes femmes, qui espèrent bien que cette commande sera suivie de plusieurs autres du même acabit. Ce qui, au vu du travail réalisé, ne devrait pas poser de problème …

Alain Bosmans
Article paru dans le Dauphiné Libéré du 1er septembre 2014

 

Des dinosaures sont-ils passés par Ubrieux ?

Jean-Marc Saujet sur les lieux de l’insolite découverte

Un touriste  a fait cette semaine une étonnante découverte en mettant à jour dans les gorges d’Ubrieux une douzaine d’empreintes fossilisées qui pourraient être celles de dinosaures.

Jean-Marc Saujet a l’œil.  Et le bon ! Domicilié à Chatillon sur Loire dans le Loiret, travaillant pour une mission humanitaire à Madagascar, il est venu passer chez des amis une dizaine de jours de vacances dans les Baronnies. Mardi dernier, se rafraichissant dans le lit de l’Ouvèze à la hauteur des gorges d’Ubrieux, il remarque sur la paroi rocheuse de la rive d’étranges excavations en grande partie recouvertes de terre et de végétation.

Une douzaine d’empreintes de différentes tailles a été mise à jour !

Curieux de nature, il commence par dégager une première trace et découvre alors ce qui ressemble bigrement à l’empreinte fossilisé d’un animal de forte taille à 3 doigts griffus…. « Je n’avais aucune connaissance particulière en paléontologie, mais la trace était si nette et profonde que j’ai tout de suite pensé à un dinosaure… ». A l’aide d’une spatule en bois, de brosses et de pinceaux, Jean-Marc Saujet passera le jour suivant à nettoyer les nombreuses excavations qu’il découvre au fur et à mesure sur la paroi.

Jean-Marc Saujet a-t-il découvert un site d’empreintes paléontologiques aux gorges d’Ubrieux ?

Après deux après midi de travail sous le soleil, notre paléontologue amateur met au jour une douzaine d’empreintes de dinosaures, la plus petite couvrant quelques centimètres et les deux plus grosses un diamètre de plus de 50 cm. « J’ai alors constaté que j’étais maintenant face à un véritable gisement fossilifère datant de plusieurs millions d’années et qui méritait, à n’en pas douter, d’être reconnu et identifier ».

Les empreintes découvertes cette semaine par Jean-Marc Saujet vont être analysées par des scientifiques de la DRAC.

Après avoir pris des photos, le découvreur prenait rendez-vous avec le maire qui manifestait un immédiat intérêt pour la découverte et décidait d’en informer immédiatement la Direction Régionale des Affaires culturelles (DRAC) basée à Lyon. Il appartient maintenant aux spécialistes d’investiguer le site d’Ubrieux, la dalle sur laquelle les premières empreintes ont été découvertes se prolongeant sur plusieurs mètres avant de passer sous la route.

On savait qu’Hannibal était passé par la vallée de l’Ouvèze pour traverser les Alpes avec des éléphants, mais des dinosaures dans les Baronnies, c’est un vrai scoop !

Alain BOSMANS
Article paru dans le Dauphiné Libéré du 27 juillet 2013.

Chaleur et simplicité d’une visite princière

C’est peu de dire que la visite du Prince Albert II de Monaco à Buis les Baronnies hier vendredi 17 mai en fin d’après midi, fut chaleureuse.

Première halte impromptue en Mairie ! Il ne pleut plus ! La visite commence !

La météo elle-même, exécrable toute la journée, se mit subitement au beau à l’instant précis qui vit la voiture du Prince s’immobiliser devant l’hôtel de ville Buxois. Un arrêt non prévu qui devait permettre à l’auguste visiteur de satisfaire en mairie un besoin bien naturel… Il était 17h24, la visite commençait avec 6 minutes d’avance, mieux que la politesse des rois !

Daniel Stoffels, le maire de Waimes, commune belge jumelée avec Buis, avait fait le déplacement de Belgique pour rencontrer le Prince.

Le reste ne fut pas moins chaleureux. Contrairement à ce qui était prévu , c’est à pied en compagnie du maire tout sourire et d’une foule nombreuse de buxois (estimée par la presse et la gendarmerie, pour une fois d’accord, à plus de 300 personnes), que l’on rejoignit la digue nord des bords de l’Ouvèze qui porte, comme chacun sait, avec beaucoup d’à propos, le nom de « Promenade des Princes de Monaco ».

Sur la promenade des Princes de Monaco, le Prince et le maire ont dévoilé la plaque historique en présence de Didier Guillaume, président du conseil génral de la Drôme et premier vice président du Sénat.

Le Prince était en pleine forme ! Souriant, enjoué, décontracté, se prêtant avec une grande simplicité au autographes, se laissant photographier par d’innombrables portables, serrant des centaines de mains, c’est dans une ambiance très bon enfant et un certain désordre (un euphémisme si l’on en croit ses gardes du corps qui s’arrachaient les cheveux), que fut inaugurée la plaque rappelant les liens historiques qui unissent Buis au Rocher.

Dans les ruelles de la vieille ville, le cortège rencontrait Carmen, personnage pittoresque incontournable de la vie buxoise qui s’était vêtue aux couleurs monégasques.

Jean Pierre Buix était aux anges ! Entre le maire passionné d’athlétisme et le (encore) jeune Prince, ancien participant aux JO en bobsleigh, le courant passa tout de suite. Une vraie complicité semblait unir les deux hommes. une complicité qui s’afficha au grand jour dans les discours plein d’humour que le maire puis le Prince prononcèrent dans les jardins de l’hôtel de ville devant de très nombreux buxois et une nuée de caméras et de photographes de presse.

Le temps des dicours plein d’humour et de complicité

Après le traditionnel échange de cadeaux et la signature du livre d’or en Mairie, le Prince accompagné du maire, qui ne le quittait pas d’une semelle, se livra de nouveau avec simplicité et décontraction à un épatant bain de foule..

Les buxois furent nombreux à venir rencontrer le Prince

C’était joyeux et sympa, on était manifestement entre amis ! Le Prince de toute évidence serait bien resté plus longtemps dans ce joli jardin de nouveau baigné de soleil … Mais le temps passait ! Celui prévu pour cette visite historique était même dépassé ! Et c’est avec 10 minutes de retard sur le protocole, qu’Albert repartit en voiture vers d’autres cieux plus urbains ! Ainsi s’en vont les petits Princes ! Un petit tour et puis …

Dans les jardins de la mairie, les écoliers ont acclamé le Prince.

Alain Bosmans
Article paru nulle part ailleurs qu’ici !

« Bienvenue Monseigneur », sous l’oeil inquiet de Jean Pierre Buix et de son garde du corps, Albert me laisse prendre la photo avant de me serrer la main … Sympa le Prince !

LA TOUR VEUX : Histoire d’un bâtiment, histoire d’une vie

HISTOIRE D’UN BATIMENT

La « Tour Veux », l’un des plus anciens monuments du Buis, dernier vestige des fortifications médiévales de la ville, construite vraisemblablement entre le 12ème et le 13ème siècle, fut réhabilité sous le contrôle des Bâtiments de France au début des années 2000. Aujourd’hui et depuis juillet 2002 la tour Veux héberge l’Office de Tourisme et la Maison des Plantes Aromatiques et Médicinales.
L’historien buxois Yves Girard explique qu’au Moyen âge, « le Buis est une petite ville entourée de remparts et de tours dominant des fossés. Les tours étaient nombreuses, probablement plus de dix. L’entrée de la ville s’effectuait par deux portes: la Porte des Frères et celle du Marché. La Tour Veux, de forme semi-circulaire, était ouverte à la gorge, bâtie en petit et moyen appareils de moellons calcaire. Elle commandait ou au moins protégeait la Porte des Frères appelée ainsi parce qu’elle donnait sur le couvent des Dominicains bâti en 1310… »

Au XIXè siècle, la tour Veux, comme celle du Safre, sa voisine, est utilisée comme habitation. Le cadastre napoléonien de 1834, nous livre le nom des habitants qui s’y sont succédé : Jean VIAL aubergiste y vit de 1834 à 1852. Puis Henry BONNET, boucher à la place du marché, l’occupe durant quatre années. La tour tombe ensuite entre les mains de la famille VEUX puisque Jean François VEUX la possède de 1856 à 1882. Son fils Jean François dit « Fourin », en hérite et la transmet à son fils Henri Joseph Marie, cultivateur. Enfin, en 1914, VEUX Henri fils du précédent, «peintre au boulevard des aires» hérite de la maison située dans l’ancienne tour médiévale et lui donne son nom.
HISTOIRE D’UN HOMME : HENRI VEUX (1874-1947)

Joseph Henri Victor VEUX est né à Buis les Baronnies le 4 avril 1874. Issu d’une famille de cultivateurs, il épouse le 20 juillet 1901 Philomène Joséphine BONNEAUD de Sainte-Jalle. Dans sa maison boulevard des Aires, qu’il occupe dès 1914, il exerce le métier de peintre en bâtiment spécialisé dans les décors en trompe l’œil. Mais Henri Veux est davantage connu pour les photographies qu’il laissa aux futures générations, en particulier, de nombreux portraits, que des familles conservent encore dans leurs vieux albums.
Ainsi, à la fin du XIXè siècle, vers 1895 probablement, Henri Veux trouva dans le développement de la photographie et de la carte postale matière à concrétiser ses aspirations de photographe et d’artiste. II contribua ainsi dans le courant de son siècle à démocratiser cet art visuel en créant sa propre maison d’édition et sa marque de fabrique « Cliché H. Veux, photo-éditeur ». Lors de la réfection du bâtiment en 2001, vingt-sept plaques de verres ont été découvertes et déposées aux Archives départementales de la Drôme. Leurs clichés sont consultables sur CD-Rom aux Archives communales et intercommunales de Buis-les-Baronnies. Parmi eux, des photos inédites telles qu’une prise de vue du Buis datée d’avant 1900 et une photographie de la grille de l’ancien hospice du Buis, quand celui-ci se trouvait (avant 1914) dans l’ancien couvent des Ursulines. Henri Veux décédera au Buis le 15 avril 1947, à l’âge de 73 ans.
UN PHOTOGRAPHE BUXOIS A LA FIN DU XIXè SIECLE

Au début de sa carrière, Henri VEUX travaille certainement avec un appareil photo à trépied, en cherchant à fixer les images sur plaques de verre. Il édite quelques prises de vues générales du Buis et des portraits sous forme de cartes-photos. 1900-1905 est l’âge d’or de ce support. Il était courant de marquer les évènements familiaux en faisant appel au photographe et de sortir quelques cartes à destination de la famille. Ainsi, il réalisa de nombreux portraits sous ses formes les plus diverses : groupes, couples, fêtes familiales. La plupart de ces photographies appartiennent à des collectionneurs privés. Réalisées souvent en extérieur, il utilisait un décor assez simple inspiré probablement de gravures plus anciennes.

Henri VEUX se déplaçait également dans les familles pour les photographier. Le décor n’est plus artificiel. Les pauses semblent plus naturelles. Son regard s’intéresse d’avantage au cadre de vie familial. Il photographie des familles plus modestes devant leur ferme ou dans la campagne environnante. Henri Veux ne s’intéressa pas seulement à la vie buxoise ; il parcourut aussi le territoire des Baronnies. Il photographia des inconnus locaux et des scènes de vie : pique-nique à « Eygasteau en 1908 », mariés des années vingt, jeune femme au charmant sourire en pantalon bouffant devant son vélo …. Ces documents présentent un intérêt singulier pour l’historien, car ils sont les témoins d’un art de vivre, d’une manière de se vêtir il y a plus d’un siècle.

Article extrait d’une étude plus complète réalisée par Christine Jourdan, responsables du service des Archives Communales et Intercommunales à Buis les Baronnies.
Note : Les photographies présentées dans cet article proviennent des dons A. Kremser, Yves Girard et Jean Claude Veux. Le dessin est une reconstitution hypothétique réalisé par Mathieu Morard sur les indication d’Yves Girard. Qu’ils soient tous ici remerciés.